Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Accidents du travail : les salariés ne sont pas égaux face aux risques

Publié le 15/12/2009 à 23:00, modifié le 01/08/2017 à 12:37 dans Sécurité et santé au travail.

Temps de lecture : 4 min

Contenu ancien

Il se peut que les informations contenues dans cet article et les liens ne soient plus à jour.

720.000 : c’est le nombre d’accidents du travail ayant occasionné au moins 1 journée d’arrêt de travail au cours de l’année 2007. Un accident sur 15 a occasionné des séquelles permanentes, 625 ont abouti à un décès. La prévention de ce risque est d’autant plus importante quand on sait que certains salariés sont plus exposés que d’autres.

L’étude que nous vous présentons montre que les salariés ne sont pas égaux face au risque d’accident du travail.

Elle doit permettre d’orienter les mesures de prévention en fonction du secteur d’activité, du profil du salarié (catégorie professionnelle, sexe, âge) et de la taille de l’entreprise.

Les risques par secteur d’activité

Le secteur le plus touché par le risque d’accident du travail (AT) est de loin celui de la construction, que ce soit en termes de fréquence, de gravité, ou en nombre de décès.

Viennent ensuite les industries du bois et du papier, les services opérationnels (qui comprennent les intérimaires) et les transports (en particulier le déménagement).

Secteur
Taux de fréquence
Accidents du travail mortels
Construction
49,8
165
Industries du bois et du papier
38,6
9

Services opérationnels (dont intérimaires)

37,4
80
Transports
35
95


Les 3 secteurs les moins touchés sont les activités de conseils et d’assistance, la recherche et développement, et les activités financières.

Le taux de fréquence correspond au nombre d’accidents du travail répertoriés pour un million d’heures de travail.

Les risques par « profil » : catégorie professionnelle, sexe et âge

Catégorie professionnelle. Sans surprise, les ouvriers sont beaucoup plus exposés au risque d’accident du travail (AT) que les autres catégories de salariés.

Catégorie Taux de fréquence
Ouvriers
48,2
Employés
20,6
Professions intermédiaires
6,5
Cadres et chefs d’entreprise
3,2


De ce fait, les secteurs d’activité les plus touchés sont également ceux qui emploient majoritairement des ouvriers.

Les seules exceptions concernent les secteurs de l’habillement et du cuir, de l’industrie automobile et de la chimie, qui emploient beaucoup d’ouvriers mais se révèlent moins dangereux que la moyenne.

Sexe. Les hommes sont globalement beaucoup plus victimes d’AT que les femmes (quasiment le double). Les secteurs où les femmes sont le plus touchées sont les hôtels et restaurants, les industries agricoles et alimentaires et les postes et télécommunications.

Âge. Le risque d’AT diminue avec l’âge : les salariés de 20 à 29 ans ont 2 fois plus d’accidents que ceux de 50 à 59 ans. Cependant, les accidents sont plus graves et entraînent plus souvent des incapacités permanentes chez les 50 à 59 ans (14 % des accidents, contre 2 % pour les moins de 20 ans).

Les risques par taille de l’entreprise

Le risque d’AT est plus faible dans les établissements de 500 salariés ou plus et, dans une moindre mesure, dans ceux de moins de 10 salariés. En moyenne, ce sont dans les entreprises de 10 à 49 salariés que le risque est le plus élevé.


A. Ninucci


(Étude DARES n° 50.2 – L’exposition des salariés aux accidents du travail en 2007 – Décembre 2009)


Pour plus de précisions sur la gestion des accidents du travail et leur prévention, les Editions Tissot vous proposent leur publication « Schémas commentés en Santé Sécurité au travail ».

Article publié le 16 décembre 2009