Droit du travail & RH

Amener son chien au bureau : phénomène de mode ou outil managérial ?

Publié le par dans Management.

Les enquêtes sur le sujet sont rares, mais elles sont unanimes : autoriser les salariés à amener leur animal de compagnie au bureau serait vertueux à tous égards… plus heureux et moins stressés, les collaborateurs deviendraient aussi beaucoup plus productifs ! Mais si le phénomène s’est accentué alors que la pandémie, en généralisant le télétravail a contribué à rendre plus ténue la frontière entre univers professionnel et personnel, quel est l’avenir de cette tendance ? Et surtout, que dit la loi sur le sujet ?

« Faire cohabiter les gens et les chiens sur leur lieu de travail »

Depuis 2003, l’entreprise Purina accueille des chiens dans ses bureaux !

Son ambition : démontrer que la cohabitation des humains et des chiens sur le lieu de travail est positive pour les entreprises, comme pour les salariés. À l’appui, les résultats d’une étude réalisée en 2017, dans le cadre du programme « Pet at work », qui mettait à jour des éléments édifiants :

  • 40 % des gens estiment que cela améliore l’équilibre entre le travail et la vie personnelle ;
  • 24 % des gens estiment que la présence des chiens dans les bureaux favorise un environnement plus détendu ;
  • 45 % des gens estiment que la présence de leur chien aide à réduire le stress au travail ;
  • 50 % des employés possédant un chien souhaiteraient pouvoir l’amener au bureau.

Cette même étude pointait « une augmentation du niveau de performance et de productivité, plus de motivation, d’implication, de bien-être, et un niveau moins élevé de stress ».

Présence d’animaux sur le lieu de travail : que dit la loi ?

Les textes de loi français ne formulent aucune interdiction quant à la présence d’animaux sur le lieu de travail, sauf dans les secteurs de l’administration publique et de l’alimentation, pour des raisons de sécurité et d’hygiène évidentes.

Seuls une note de service du chef d’entreprise ou un règlement intérieur peuvent interdire cette pratique. Chaque entreprise, si elle n’est pas dans les secteurs proscrits - est donc libre de décider si elle permet ou non à ses salariés de venir accompagnés de leur animal de compagnie.

Le cas échéant, ce droit doit être cadré par le règlement intérieur de l’entreprise. Quoi qu’il arrive, l’employé reste responsable de toutes les nuisances que pourrait occasionner son compagnon : bruits, odeurs, désordre, etc. ainsi que des risques d'accident, d'allergies ou de morsures.

Il est donc primordial de se doter d’une assurance responsabilité civile couvrant les dommages provoqués par un animal domestique. Par ailleurs, la bienséance recommande, bien sûr, de demander, non seulement l’autorisation à son employeur, mais aussi aux collègues.

Il faudra aussi s’assurer que l’animal soit propre, à jour de ses vaccinations, et qu’en aucun cas, il ne constitue un danger pour les parties prenantes de l’entreprise (salariés, clients, fournisseurs, etc.).

Accepter les chiens au bureau : outil de fidélisation des salariés ?

En 2016, Holidog, une plateforme de mise en relation entre des propriétaires d'animaux et de petsitters (gardiens de chiens), a interrogé 2730 Français afin d'évaluer leurs connaissances en matière de législation concernant la présence des animaux au travail, et leur perception du phénomène. L’enquête indiquait notamment, que pour 98 % des personnes interrogées, le fait d’accepter les animaux confère à l’entreprise « une image moderne et en avance sur son temps ». Seules 2 % des personnes interrogées considèrent au contraire ces entreprises « peu sérieuses ou peu crédibles ».

Ainsi, alors qu’en France, les CHO (Chef happiness officer) rivalisent d’idées pour créer du bien-être en entreprise et fidéliser leurs employés, autoriser les salariés à venir accompagnés de leurs chiens pourrait devenir beaucoup plus incitatif que le babyfoot ou les chèques-vacances !

Aux États-Unis, en Angleterre, aux Pays-Bas, ou encore en Allemagne, le phénomène est installé depuis maintenant plusieurs années. Chaque 23 juin, a été instauré dans ces pays, le « bring your dog to work day » (la « Journée du chien au bureau »). Environ 9 % des employeurs acceptent les animaux de compagnie aux États-Unis ; un chiffre qui a doublé depuis 2014 selon le magazine USA Today.

Chez Google ou Zalando, la pratique est courante. Amazon, de son côté, encourage même les salariés à amener leurs chiens au bureau, en offrant friandises au toutou, et pauses promenades aux maîtres… La philosophie : un maître moins stressé sera plus productif, et, si son compagnon le rend plus heureux au travail, il sera plus fidèle à l’entreprise.

À l’appui, une étude américaine réalisée par des chercheurs de l’école de commerce de la Virginia Common Wealth University en 2012, qui mettait en évidence - en alternant jours avec, et jours sans toutou - que l’humeur des collaborateurs variait en fonction de cette présence animale. Les jours sans, l’ambiance était « légèrement plus tendue, moins gaie » … Alors, bientôt le « bring your dog to work day » en France ?