Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Artisans du BTP : prenez le volant avec vos apprentis

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

Apprendre à conduire à son apprenti pendant son temps de travail, au moyen des véhicules professionnels de l’entreprise : c’est l’objet de la démarche de formation accompagnée à la conduite (AAC) proposée à ses adhérents par la CAPEB. Comment procéder ? En quoi consiste ce dispositif et quels sont ces avantages ? Explications.

Prévenir le risque routier professionnel

On le sait, les accidents routiers constituent aujourd’hui un risque professionnel majeur dans le secteur du BTP, où un accident mortel du travail sur deux est un accident de la circulation.

La prévention de ce risque passe par l’apprentissage d’une conduite sécurisée et, en particulier, par la maîtrise des véhicules utilitaires légers par les 80.000 jeunes apprentis du Bâtiment.

Consciente de ces enjeux, la CAPEB, en partenariat avec l’IRIS-ST (Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail), propose à ses artisans une démarche originale : faire suivre aux apprentis une formation accompagnée à la conduite (AAC) au sein de l’entreprise, avec les véhicules à usage professionnel.

Cette démarche, qui vise à prévenir les risques professionnels d’accident de la route, permet d’initier les jeunes qui en bénéficient à une conduite sûre, économique et écologique lors de leurs déplacements professionnels, mais aussi personnels.

Mais elle présente également bien d’autres avantages : la formation accompagnée à la conduite est d’abord un gage de fidélisation qui incite le jeune à aller jusqu’au bout de son contrat d’apprentissage.

Le permis étant un réel passeport pour la vie professionnelle dans l’artisanat du Bâtiment, elle favorise en outre la mobilité et l’employabilité de l’apprenti en parallèle avec sa qualification professionnelle.

Enfin, l’AAC permet de renforcer la relation entre l’apprenti et le maître d’apprentissage et valorise et responsabilise le jeune.

   

Jusqu’au 31 mai 2012, l’Assurance maladie propose une aide financière de 3.000 euros pour l’achat ou la location de longue durée d’un véhicule utilitaire léger (VUL) neuf par une entreprise de moins de 50 salariés. Pour plus de précisions, consultez notre article « Aide à la sécurité : 3.000 euros pour un véhicule utilitaire léger ».

Par ailleurs, sachez qu’il existe un certain nombre d’aides financières destinées aux entreprises du BTP pour soutenir le financement de mesures de prévention des risques. Pour les connaître et bénéficier de conseils pratiques, nous vous recommandons l’ouvrage « Aides financières du BTP » des Editions Tissot.

L’artisan : tuteur et accompagnateur pour la conduite

La formation accompagnée à la conduite s’effectue dans un des véhicules utilitaires légers de l’entreprise. La partie pratique est assurée par l’artisan (ou l’un de ses salariés inscrit comme tuteur auprès de l’auto-école).

Le chef d’entreprise, qui devient de fait le tuteur et l’accompagnateur du jeune pour la conduite, a aussi l’opportunité de former l’apprenti à la bonne utilisation du véhicule utilitaire léger, dans un cadre professionnel : arrimage des charges, évitement de surcharge, répartition des charges, gonflage des pneus, etc.

Sachez que le temps de conduite accompagnée est considéré, pour l’apprenti et le cas échéant pour le salarié qui lui tient lieu de tuteur, comme du temps de travail effectif et rémunéré comme tel. En plus du temps consacré à la formation, votre entreprise peut choisir de participer au financement du permis.

Une sensibilisation du jeune au risque routier

L’apprenti bénéficie également dans le cadre de l’AAC d’un cursus d’enseignement collectif le préparant à l’obtention du Code de la route. Cette formation théorique intègre une sensibilisation au risque routier en milieu professionnel abordant les thèmes suivants :

  • la sinistralité routière et les accidents du travail ;
  • les bonnes pratiques de prévention du risque routier professionnel en mission, la conduite apaisée ;
  • les dangers liés à la consommation d’alcool, de drogues et de médicaments ;
  • le permis à points ;
  • le balisage de chantier ;
  • la réglementation des véhicules B et EB ; 
  • la réglementation afférente aux équipements et au chargement des véhicules.

L’organisation des rendez-vous pédagogiques et la présentation aux épreuves sont confiées à l’école de conduite choisie par le jeune parmi la liste des établissements engagés par convention dans le dispositif « Conduite accompagnée des apprentis du bâtiment ».

Si vous êtes intéressé par ce dispositif, prenez contact avec votre CAPEB départementale.

Outre la formation, l’entretien des véhicules est une priorité (freins, pneus, niveaux des liquides). Pour savoir précisément qui fait quoi, l’employeur peut mettre en place une notice d’entretien, à diffuser à chaque salarié concerné. Pour un modèle :

Florence Labbé

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.