Droit du travail & RH

Baromètre ARTI Santé : résultats de la 6e édition

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

Pour la 6e année consécutive, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du Bâtiment (CAPEB), la Chambre nationale de l’artisanat des Travaux Publics et du paysage (CNATP) et le pôle d’innovation IRIS-ST ont dévoilé les résultats de leur baromètre ARTI Santé. Ce baromètre met en lumière les conditions de travail et la santé des chefs d’entreprises artisanales du Bâtiment et des Travaux Publics. L’enquête a été menée entre novembre et décembre 2019, auprès de plus de 2000 artisans du BTP.

Baromètre ARTI Santé : une relative diminution de la cadence de travail

L’étude révèle que les chefs d’entreprise du bâtiment ont observé une légère baisse de leur rythme de travail et se sont accordés davantage de congés que les années précédentes.

En 2019, ils ont été plus nombreux à prendre au moins 2 semaines de congés. Cette moyenne reste toutefois bien éloignée des 5 semaines accordées aux salariés.

Ils sont également plus nombreux à travailler moins de 60 heures par semaine ou moins de 6 à 7 jours sur une même semaine. L’étude précise que les chefs d’entreprise qui emploient des salariés sont ceux qui ont la durée du travail la plus conséquente. Pour la moitié des personnes interrogées, ce sont les tâches administratives qui viennent alourdir leur emploi du temps (25 % de leur temps de travail en moyenne).

En raison du rythme soutenu auquel ils doivent faire face, nombreux sont ceux qui ne parviennent pas à déconnecter. 87% d’entre eux constatent un déséquilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée et 75% regrettent de ne pas être assez présents pour leur famille.

Baromètre ARTI Santé : le stress toujours bien présent

Depuis sa création, le baromètre met en avant l’état de stress permanent dans lequel se trouvent beaucoup de chefs d’entreprise du BTP. La proportion des personnes interrogées qui s’estiment stressées est stable par rapport aux années précédentes (58 %) mais l’intensité du stress ressenti augmente : 26% d’entre eux placent leur état de stress à 7 sur une échelle de 1 à 10, soit trois points de plus par rapport à l’an passé. La lourdeur des tâches administratives, la charge de travail, les contraintes des délais et la nécessité de devoir être toujours plus réactif sont les principaux facteurs cités.

Le stress ayant des répercussions sur le sommeil, plus de la moitié des répondants estiment être plus irritables, en manque d’énergie et sujets à une fatigue permanente. Cela les expose à un risque de burn out : 6 % des dirigeants interrogés estiment en avoir été victimes en 2019.

Aussi, ils sont 40 % à éprouver un sentiment d’isolement et 46 % aimeraient être d’avantage soutenus.

Ils sont peu nombreux à faire l’objet d’un suivi médical : seulement 45 % d’entre eux consultent régulièrement un médecin et pour 48 % des répondants, leur état de santé nécessiterait un arrêt de travail. Ils prennent toutefois le parti de mettre de côté leur état de santé pour faire primer le maintien à tout prix de leur activité. L’étude met en avant le souhait des dirigeants de bénéficier d’un suivi médical en lien avec leur activité.

Malgré tout, en 2019, le baromètre a enregistré un regain d’optimisme des artisans du BTP. En 2018, ils n’étaient que 40 % à être optimistes vis-à-vis de leur activité. En 2019, ce chiffre monte à 54 % et 65 % d’entre eux s’estiment épanouis dans leur profession. L’étude révèle toutefois que seulement 21 % des chefs d’entreprise en difficulté se font aider et 26 % déclarent savoir vers qui se tourner.

Avec la crise sanitaire qui n’a pas épargné le secteur du Bâtiment, les chiffres relatés, qui sont pour la plupart assez alarmants, pourraient bien être amenés à augmenter.


Conditions de travail et santé des artisans du BTP, Baromètre ARTI Santé, 6e Edition 2019