Droit du travail & RH

Business, santé : comment gérer l'incertitude ambiante ?

Publié le par dans Management.

Donner du sens, faire adhérer à un projet, tenir un cap, susciter de la confiance, impulser de l’engagement… Ces diktats du management ne sont déjà pas toujours faciles à suivre en temps normal alors que dire de cette période où la navigation à vue s’impose, dans un contexte de crises sanitaire et économique ? Comment le manager peut-il à la fois gérer ses propres incertitudes, et celles de son équipe ? L’exercice est de haute volée, mais il existe quelques clés…

Apprendre à désapprendre, abandonner le ciment de nos certitudes

Nous étions pétris de certitudes dans un monde pourtant bien incertain : les entreprises bâtissaient des plans quinquennaux, les managers peaufinaient leurs plans de carrière, les familles programmaient des voyages au bout du monde… Mais il a suffi qu’un petit virus se répande sur la planète à la vitesse de l’éclair pour que nous prenions conscience de la fragilité de nos environnements : la maladie que nous risquons de contracter en serrant une main, des entreprises qui s’écroulent ; y compris les plus gigantesques que l’on croyaient insubmersibles et cette privation de liberté que l’on nous impose du jour au lendemain…Aussi nous faut-il en tout premier lieu, réinitialiser notre cerveau pour admettre que l’incertitude s’invite dans le futur proche, et que nous devons composer avec.

Pour le manager, cela revient à assumer le fait qu’il ne maitrise pas complètement l’avenir et qu’il le dise ! C’est à cent mille lieux des discours volontaristes habituels, mais en période de crise, un discours empreint d’honnêteté crédibilise son auteur et suscite l’envie de se battre, plutôt que la défiance de l’auditoire. Sans être trop anxiogène, il est donc capital de souligner le manque de visibilité, et d’admettre que les enjeux sanitaires et économiques peuvent impacter l’entreprise. Le manager doit aussi sensibiliser les équipes au fait que le cap ne peut être franchi que collectivement. En donnant aux collaborateurs le sentiment de pouvoir agir, le manager peut rendre l’incertitude vertueuse en la transformant en énergie positive.

Passer de la stratégie à la tactique

Exit les plans à cinq ou dix ans avec des jalons précis. En ces temps de crise, la stratégie s’efface au profit de la tactique. Le monde de l’entreprise est souvent comparé à l’univers militaire, et le Général Vincent Desportes qui connait bien les deux, dit à ce sujet: « Le stratège voit loin et large, alors que le tacticien voit près et étroit. Le tacticien est un homme d’analyse, il construit le futur à partir du présent alors que le stratège construit le présent à partir du futur… toujours incertain ». Ainsi, la tactique du manager se traduit par des scénarios d’actions qui, sans cesse, s’ajustent en fonction des évolutions et du contexte… Mais pour que ses décisions soient conjoncturelles et non structurelles, le manager doit, plus que jamais, être près du terrain, et encourager l’initiative et la remontée d’informations.

Renoncer à tout maitriser ; choisir de s’ajuster, s’adapter

En temps de crise, mieux vaut accompagner que chercher vainement à maitriser. Cela passe par la planification à très court terme, et l’ajustement permanent. Par exemple, anticiper des conditions de télétravail en prévision d’un hypothétique re-confinement ; généraliser la visio-conférence pour éviter les rendez-vous en face à face, se préparer à remplacer du jour au lendemain par des intérimaires, un service complet qui serait mis en isolement… L’agilité - terme oh combien tendance - n’a jamais pris autant de sens qu’en ce moment ! Et, elle rime avec créativité car l’incertitude, loin de paralyser l’action, doit au contraire susciter la réflexion et l’imagination pour concevoir les solutions ad’hoc.

Rester en veille des opportunités, réinventer son métier

Alors que le carnet de commande est en berne et que nul ne sait de quoi demain sera fait, se challenger, soi-même et ses équipiers, permet de booster la confiance en soi, d’innover, de réinventer son business !

C’est ainsi que, par exemple, certains restaurants ont sauvé leur affaire durant le confinement en assurant la livraison de plats préparés à domicile…

Et que dire de cet animateur de loto, qui, en dépit de la fermeture des salles, a poursuivi son activité à distance, en couplant un système d’audioconférence et sa chaine YouTube ? De 80 participants habituels en salle, il est passé à 750 en ligne, et là encore, ce nouveau modèle perdure…

Et si toutes les activités, ne peuvent malheureusement pas se réinventer ; rien que le fait de se challenger en réfléchissant à des solutions nouvelles, suffit à créer un cercle vertueux qui génère un état d’esprit positif.

Si on n'apprend pas à vivre avec l'inconfort dû à l'incertitude, on aura vite tendance à se surcharger d'informations pour tenter de trouver de la certitude dans l'incertitude. C'est là qu'on tombe dans l'infobésité.