Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Convention collective des HCR : les nouvelles dispositions sur le temps de travail applicables à tous

Publié le par dans Conventions collectives.

Deux avenants relatifs à la durée du travail dans les entreprises relevant de la convention collective des hôtels, cafés, restaurants ont été étendus. Leurs thèmes : les forfaits jours pour les cadres autonomes et la modulation du temps de travail pour les salariés à temps plein.

Conventions collectives : forfait jours dans les HCR

En juillet 2015, la Cour de cassation avait épinglé le forfait jours de la branche des hôtels, cafés, restaurants. Les juges avaient considéré que les dispositions conventionnelles en cause (article 13.2 de l’avenant n° 1 du 13 juillet 2004) ne permettaient pas de garantir que l’amplitude et la charge de travail des salariés restent raisonnables et assurent une bonne répartition, dans le temps, du travail. En résumé, la protection de la sécurité et de la santé des salariés n’était pas assurée avec ces dispositions.

Conséquence directe : les conventions individuelles de forfait jours conclues en application des dispositions conventionnelles en question étaient tout simplement nulles. Les salariés concernés pouvaient ainsi légitimement réclamer le paiement des heures supplémentaires effectuées dans ce cadre.

En amont de cette décision, pour tenir compte de l’évolution de la jurisprudence sur les forfaits jours, les partenaires sociaux avaient signé un nouvel avenant (n° 22) le 16 décembre 2014. Un avenant instaurant notamment un suivi par l’employeur de l’organisation du travail du salarié, un entretien individuel annuel minimum, ou encore un droit à déconnexion pendant les périodes de repos.

Or, pour être applicable, cet avenant restait en attente d’un arrêté d’extension. C’est chose faite avec la publication de l’arrêté du 29 février 2016 (Jo du 8 mars 2016). Concrètement, les dispositions de l’avenant entreront en vigueur au 1er avril 2016.

Soulignons toutefois que l’arrêté indique que l’article 2.4 (relatif au suivi du temps de travail) est étendu sous réserve qu’un accord d’entreprise ou d’établissement ou encore un nouvel accord de branche précise les modalités concrètes de suivi de la charge de travail (ceci afin de satisfaire les exigences jurisprudentielles précitées). En d’autres termes, les dispositions de l’article 2.4 ne sont toujours pas suffisantes pour assurer le suivi du temps de travail. À l’employeur d’être vigilant !

Conventions collectives : modulation du temps de travail dans les HCR

Le 29 septembre 2014, les partenaires sociaux avaient signé un accord sur la modulation du temps de travail dans le secteur des HCR (avenant n° 19). Un accord qui, ainsi qu’il l’indique lui-même, a vocation à s’appliquer à toutes les entreprises du secteur et tout particulièrement à celles dépourvues d’instances représentatives du personnel.

Cet avenant était entré en application le jour de sa signature pour les entreprises adhérentes aux 6 organisations patronales signataires. Il devait faire l’objet d’une procédure d’extension.

L’arrêté du 29 février 2016 étend également cet avenant, qui s’applique donc désormais à l’ensemble des employeurs et salariés compris dans le champ d’application de la convention collective des HCR. En pratique, les salariés concernés sont ceux à temps complet (y compris les CDD). Sont en revanche exclus les salariés en contrat de formation en alternance (apprentissage et professionnalisation).

L’accord autorise l’aménagement du temps de travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l’année, appelée période de référence. Dans les entreprises disposant d’un salarié mandaté ou d’un délégué syndical, la détermination de la période de référence fait l’objet d’une négociation. Dans les autres entreprises, la période de référence est déterminée par l’avenant.

Lorsque la période de référence correspond à l’année civile ou à toute autre période de 12 mois consécutifs, la durée du travail est fixée à 1 607 heures. Lorsque la période de référence correspond à plusieurs semaines, la durée du travail correspond au nombre de semaines multiplié par la durée légale du travail.

A titre d’exemple, dans une entreprise saisonnière dont l’activité se déroule sur 4 mois, la durée du travail de référence est égale à 4 mois × 4,333 (nombre moyen de semaines dans 1 mois) × 35 heures hebdomadaires, arrondie au chiffre inférieur (soit 606 heures pour 606,62).

Enfin, à l’intérieur de la période de référence, la durée hebdomadaire de travail peut varier selon l’activité de l’entreprise de 0 à 48 heures.

La gestion du temps de travail peut s’avérer complexe dans la branche des HCR. Pour vous aider, téléchargez ce dossier qui synthétise les points essentiels de la convention collective à connaitre en matière de gestion du personnel :


Marie Coste

Avenant n° 19 du 29 septembre 2014 relatif à l’aménagement du temps de travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l’année étendu par arrêté du 29 février 2016 (Jo du 8 mars)
Avenant n° 22 du 16 décembre 2014 relatif statut des cadres autonomes et au forfait annuel en jours étendu par arrêté du 29 février 2016 (Jo du 8 mars)

Vous avez une question en droit du travail ? Notre service d'experts peut vous fournir une information réglementaire adaptée par téléphone.

Rendez-vous sur Tissot Assistance Juridique pour obtenir un complément d'information et souscrire à l'offre.