Droit du travail & RH

Digitalisation des pratiques de travail : entre développement des compétences et quête d’autonomie

Publié le par dans Management.

Depuis quelques années, la digitalisation des métiers est au cœur de la transformation numérique. Elle s’est néanmoins considérablement accélérée ces derniers mois. La crise sanitaire et la généralisation du télétravail sont en effet associées à une utilisation massive des outils digitaux. Si les jeunes générations d’actifs ont grandi avec le digital, ce processus n’en reste pas moins une transformation profonde dans la vie d’un professionnel, d’une équipe et d’une organisation.

Digitalisation des pratiques de travail : un paradigme d’opportunité pour les entreprises

Décrite par certains comme responsable de destructions d’emplois et de la hausse du chômage, l’introduction des « hautes technologies » dans les quotidiens de travail permet pour d’autres de créer de nouvelles activités et de dynamiser l’économie. Au-delà de ses conséquences sur l’emploi, la digitalisation affecte également le rapport au travail. L’utilisation généralisée des technologies de l’information et de la communication dans le cadre professionnel est en effet une transformation profonde des usages et des modes de travail, voire de la culture d’entreprise.

La digitalisation des métiers a ainsi donné lieu à ce que les spécialistes nomment « un paradigme d’opportunité ». Pour le management, l’enjeu est de développer une agilité en saisissant les opportunités. Le rapport aux contraintes et aux menaces a également changé : elles sont désormais considérées comme des opportunités d’évolution. Cela implique un positionnement managérial différent, ainsi que la nécessité pour l’ensemble des salariés de développer des compétences et des soft skills spécifiques. Réactivité, flexibilité, adaptativité … au-delà de l’utilisation à proprement parler des technologies, c’est tout un état d’esprit qu’il faut en effet adopter.

Digitalisation des pratiques de travail : une quête d’autonomie et de partage pour les salariés

Avec la digitalisation des processus de travail viennent également de nouvelles attentes de la part des salariés. À travers le succès des start-ups, les spécialistes constatent en effet une quête nouvelle d’autonomie et de liberté. Les salariés aspirent de plus en plus à s’auto-gérer et à maîtriser les aspects géographiques et horaires de leur travail, pratiques qui semblent se généraliser durablement depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19. Pour les chercheurs en psychologie, ce constat n’est pas forcément surprenant : l’autonomie est en effet l’une des principales sources de motivation professionnelle ...tout comme les relations sociales !

Parmi les autres conséquences de la digitalisation sur les attentes des salariés, on notera également une forte demande de partage. Partage formel en termes d’accès à l’information et à la formation, partage informel en termes de création de lien, d’entraide et de mutualisation des ressources. Il est désormais attendu des entreprises qu’elles fournissent aux collaborateurs des outils permettant l’expression et le fonctionnement en équipes autonomes. Là encore, ce constat est illustré par le succès des start-ups, qui fondent justement une grande partie de leur attractivité sur l’ambiance de travail et l’esprit d’équipe.

Digitalisation des pratiques de travail : accompagner la digitalisation des processus

Loin d’être anodine, la digitalisation des processus de travail est donc un bouleversement continu dans la vie des salariés et des organisations. Acquisition de nouvelles compétences, changement du rapport au travail et de la culture d’entreprise, nouvelles possibilités qui donnent lieu à de nouvelles attentes … les transformations sont nombreuses. Or, comme tout changement, ce processus peut déstabiliser, voire donner lieu à des résistances de la part des individus concernés. La période actuelle est donc propice à un accompagnement des collaborateurs tout comme des managers aux bonnes pratiques liées à la digitalisation.

Ce type d’accompagnement doit être spécifiquement adapté aux besoins de chaque entreprise. Néanmoins, certains points doivent y être abordés :

  • la formation des collaborateurs et des managers aux méthodes de travail agiles ainsi qu’aux dispositifs digitaux intégrés au quotidien de travail ;
  • l’adaptation des pratiques de télétravail aux besoins et aux attentes des collaborateurs, incluant si besoin la rédaction d’une charte ;
  • la formation des managers à l’encadrement et à l’animation des équipes à distance ;
  • la mise en place de plages de déconnexion ;
  • une communication organisationnelle soignée sur les raisons et les bénéfices de la digitalisation.

En résumé, la digitalisation des processus de travail transforme depuis des années le quotidien professionnel de nombreux individus. Au-delà de la nécessité de se former à l’usage des outils digitaux, les collaborateurs tout comme les managers doivent apprendre à fonctionner de manière agile. Cette digitalisation crée également de nouvelles attentes chez les salariés. Avec l’accélération récente de ce processus, il est important d’accompagner les équipes de travail pour faire en sorte que ce bouleversement soit profitable à tous !


Sources
Brasseur, M. & Biaz, F. (2018). L’impact de la digitalisation des organisations sur le rapport au travail : entre aliénation et émancipation. Question(s) de management, 21(2), 143-155. doi:10.3917/qdm.182.0143.
Teboul, B., & Picard, T. (2015). Uberisation= économie déchirée?. Editions Kawa.
Westerman, G., D. Bonnet, A. McAfee (2014). Leading Digital: Turning Technology into Business Transformation. Harvard Business Review Press.
Jacquet, D., & Leclercq, G. (2016). Ubérisation: un ennemi qui vous veut du bien?. Dunod.
Deci, E. L., Olafsen, A. H., & Ryan, R. M. (2017). Self-determination theory in work organizations: The state of a science. Annual Review of Organizational Psychology and Organizational Behavior, 4, 19-43.