Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito d’avril : l’arroseur arrosé

Publié le par dans Licenciement BTP.

Nous le savons tous, le mois d’avril est propice aux farces et autres plaisanteries en tout genre. Pour certains, l’origine de cette coutume remonterait à l’an 1564 lorsque le roi Charles IX décida de modifier la date de changement d’année pour la passer du 1er avril au 1er janvier. Avec l’exemple qui va suivre, nous sommes heureux de constater que l’année 2016 ne déroge pas à la tradition. Bien entendu, le monde du travail n’est pas en reste. Néanmoins, vous allez pouvoir convenir avec nous qu’il s’agit d’un bien singulier poisson d’avril.

Pour le millésime 2016, nous avons sélectionné une blague hilarante que se racontent les agents de l’UNEDIC. L’histoire commence par le recrutement du directeur du service informatique de l’institution. Ce dernier, au-delà de ses missions traditionnelles, décide de former une équipe à la traque numérique des fraudeurs.

Les choses deviennent vraiment désopilantes au moment où un agent se rend compte que le nom du « fameux » directeur informatique figure sur le fichier des demandeurs d’emploi et que celui-ci perçoit, en plus de son salaire, des indemnités chômages !

En fait, pour justifier ce cumul, l’intéressé déclarait n’effectuer que quelques dizaines d’heures par mois au service de l’UNEDIC.

Encore plus comique, le salarié qui a découvert la supercherie a été promptement licencié. Quant au directeur informatique, il a pu bénéficier d’une rupture conventionnelle de son contrat de travail assortie d’une généreuse indemnité.

Vous l’avez malheureusement compris, cette histoire est vraie et elle ne prête pas à rire.

Avec une pointe d’ironie, certains y verront plus simplement une illustration du court métrage réalisé en 1895 par les frères Lumière intitulé « l’arroseur arrosé ». La sagesse populaire en retiendra que tel est pris qui croyait prendre !

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.