Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito d’octobre : le pouvoir d’achat

Publié le par dans Rémunération.

Cette rentrée aura été marquée par une avalanche de mauvaises nouvelles fiscales. Il semble que chaque jour ait été ponctué par une nouvelle mesure. Que nous parlions de taxes, d’impôts, d’abattement, de quotient familial, de niches fiscales, de CSG, de cotisations…, il est clair qu’en matière de prélèvements obligatoires, l’imagination de nos dirigeants semble sans limite. Au final, l’addition présentée est lourde et amère.

Dans ce contexte de mauvaises nouvelles fiscales, le pouvoir d’achat des salariés est mis à dure épreuve. Faut-il s’attendre à une amélioration de la situation en 2014 ?

La publication d’une enquête réalisée par un cabinet de conseil sur la revalorisation des rémunérations en 2014 vient nous apporter quelques éléments de réponse. Les entreprises ont programmé pour l’année 2014 une augmentation moyenne globale des salaires de 2,8 %. Ce dernier chiffre se décompose en :

  • une augmentation générale (de l’ordre de 1,2 %) ;
  • une éventuelle et fluctuante augmentation individuelle.

Pour mémoire la Banque centrale européenne (BCE) prévoit pour l’année 2014 une inflation de l’ordre de 1,4 %. Conclusion : sur le front des salaires, les portefeuilles risquent encore de faire grise mine.

Un double espoir subsiste.

Le premier provient de l’analyse de résultat d’une étude publiée en Angleterre. La clé de la réussite au travail serait vestimentaire. En effet, les promotions professionnelles pourraient être facilitées en s’habillant…comme son patron !

Le second est la conséquence d’une pratique salariale d’une start-up américaine. Dans cette entreprise, les salariés votent… leur propre augmentation de salaire ! Il convient de préciser que d’une part l’ensemble du personnel est régulièrement informé de la santé financière de leur société (notamment en termes de bénéfices) et d’autre part que tous les employés perçoivent une rémunération sensiblement équivalente.

Résultat : les salariés ont eu l’augmentation souhaitée, en septembre leur salaire a été revu très significativement à la hausse.


Philippe Lafont, Consultant en droit social

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.