Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de juin : rapport Larcher : des propositions en demi-teinte, jugées décevantes

Publié le par dans Formation professionnelle BTP.

Missionné en janvier dernier pour proposer sous 2 mois les pistes d’une réforme radicale de la formation professionnelle à laquelle seront consacrés un peu plus de 31 milliards d’euros par an, Gérard Larcher a remis sa copie à Nicolas Sarkozy le 5 avril dernier.

Discrètement rendu public, le rapport mis en ligne sur le site de l’Elysée pointe du doigt des dysfonctionnements persistants : multiplicité des acteurs, lourdeur des dispositifs, complexité des formalités, manque de suivi d’un Pôle emploi débordé, manque d’information des entreprises…

L’ex-président du Sénat propose de relever trois défis principaux :

  • celui des 160.000 jeunes « décrocheurs » qui sortent chaque année du système sans diplôme ni qualification;
  • celui de l’accès des demandeurs d’emploi à la formation ;
  • celui de la compétence, facteur de compétitivité des entreprises.

Au final, rien de très révolutionnaire.

Jugé plutôt sévèrement, le rapport contient 26 propositions d’ampleur inégale, à mi-chemin entre la rupture souhaitée par Nicolas Sarkozy et le conservatisme affiché par les acteurs du système. Sur le fond rien de nouveau, si ce n’est la proposition de supprimer la contribution au plan formation (0,9 % de la masse salariale) des entreprises de 10 salariés et plus.

Cette obligation serait compensée par une « responsabilisation des employeurs et des salariés pour définir une stratégie de formation au niveau de l’entreprise, en fonction des besoins économiques locaux ».  

Comment est calculée la contribution au plan formation de 0,9 % ? Retrouvez les réponses dans l’ouvrage « Gestion pratique du personnel et des rémunérations du BTP ».

De quoi, selon le rapport, « changer en profondeur les comportements face à la formation professionnelle, devenue un investissement et non plus un coût ». Reste à réfléchir aux conséquences pour les OPCA, qui verraient alors leur budget fondre, même si elles conserveraient la contribution des entreprises de moins de 10 salariés, non concernés dans un 1er temps par cette mesure.

Parmi les trois grands axes soulevés, le rapport suggère également la création d’un pacte de réussite professionnelle (PCR) à destination des jeunes sans qualification. Ce PCR, piloté par les régions, serait créé autour d’une offre qualifiante et certifiante, en coordonnant les dispositifs existants. Entre autres mesures, le rapport préconise enfin d’améliorer le pilotage de la formation professionnelle, notamment par un renforcement de la compétence des régions.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.