Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de mai : Les écarts de revenu salarial entre les hommes et les femmes ont légèrement diminué

Publié le par dans Rémunération BTP.

Avec la crise, l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes s’est réduit pour atteindre 28 % en 2010. Le constat est d’autant plus fort dans les secteurs à prédominance masculine, dans lesquels le nombre d’heures de travail des hommes a chuté. Entraînant du même coup des diminutions de salaire plus marquées.

Avec la crise économique, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes s’est contracté. En 2010, les femmes qui travaillaient dans le secteur privé ont ainsi touché un revenu salarial net annuel inférieur de 28 % à celui de leurs homologues masculins (contre 32 % en 2008). C’est ce que révèle une enquête de l’INSEE publiée au mois de mars.

Cet écart de rémunération entre les deux sexes est toutefois moins marqué dans le secteur de la construction, car les femmes y occupent le plus souvent des postes de cadre. Pour autant, leur revenu salarial moyen reste inférieur de 18,8 % à celui des hommes.

Outre le niveau de salaire horaire moyen, cette contraction des écarts de rémunération s’explique également par le temps de travail des femmes sur l’année, inférieur en moyenne de 13 % à celui des hommes en 2010. En raison notamment de périodes de chômage et d’inactivité plus importantes, d’une proportion moindre d’heures supplémentaires et de postes plus souvent à temps partiel.

Selon l’INSEE, la tendance observée s’explique en grande partie par l’incidence de la crise économique qui a touché tout particulièrement les secteurs d’activité à prédominance masculine, dont la construction. Avec la crise, il apparaît ainsi que les hommes ont occupé plus de postes à temps partiel qu’auparavant et ont eu accès à des emplois moins bien rémunérés, pour cette même raison.

Cette contraction des écarts de rémunération a néanmoins quelques raisons positives. Plus diplômées que les hommes, les femmes représentent une part croissante des cadres : près de 35 % en moyenne dans le privé, contre moins de 28 % en 1995. Cette progression qui concerne tous les secteurs du privé explique pour partie la réduction légère, mais régulière, des écarts de salaire horaire. Reste que les femmes occupent encore plus de 70 % des postes d’employés, catégorie dont le revenu salarial est le plus faible.                                                                        

Florence Labbé

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.