Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités en droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de novembre : Eléments de langage

Publié le par dans Contrat de travail.

Le monde politique est très friand de ce que les communicants appellent les éléments de langage. En pratique, il s’agit, sur une question donnée, de construire à l’avance un argumentaire qui sera ensuite décliné à l’identique dans les médias.

Nous avons tous été les témoins de ces longues soirées électorales où se succèdent les intervenants qui, en fonction de leur conviction politique, répètent en boucle les mêmes propos.

Dans un tout autre domaine, il y a quelques mois, nous vous relations le cas de 3 cadres d’une multinationale française qui s’étaient retrouvés accusés à tort d’espionnage. Cette triste affaire vient de connaître un ultime rebondissement.

Les investigations judiciaires ont conduit les enquêteurs à saisir, au siège de la société dans le cadre de perquisitions, toute une série de documents, dont des échanges de mails pour le moins édifiants.

Le premier extrait donne le ton : « merci de demander à M.X de travailler sur une déclaration à utiliser en interne et externe au cas où l’un d’entre eux commettrait l’imparable ». Il faut probablement lire l’irréparable.

Pour faire face à toutes les éventualités, il sera même préparé plusieurs variantes de communiqué de presse.

En fait, deux hypothèses rédactionnelles étaient envisagées : 

  • la première prenait appui sur la tentative d’un des cadres de mettre fin à ses jours (« toute l’entreprise est profondément ébranlée par la gravité de ce geste ») ;
  • la seconde envisageait que l’un des cadres ait mis fin à ses jours (« toute l’entreprise est profondément ébranlée par ce drame et pense particulièrement à la famille »).

Pour parler plus crûment, la direction de la communication de l’entreprise avait préparé les éléments de langage qui auraient fait suite soit à une tentative de suicide, soit à un suicide d’un des protagonistes.

Nous vous laisserons le soin d’apprécier la justification apportée par un responsable à cette « façon de faire » : « on est une entreprise du CAC 40, on travaille sur toutes les possibilités y compris les pires scénarios ».


Par Philippe LAFONT, consultant en droit social

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.