Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de novembre : Reversal day

Publié le par dans Rémunération.

A l’occasion du congrès annuel de l’Academy of management, les résultats de l’étude intitulée « Do nice guys really finish last ? » ont été présentés. Alors… Est-ce que les types sympas finissent vraiment toujours les derniers ?

Cette étude est le fruit du travail de trois chercheurs américains. Elle prend appui sur trois sondages qui s’étalent sur une durée de 20 ans et qui ont concerné un échantillon de 10.000 salariés.

Alors, les hommes et les femmes agréables finissent-ils vraiment derniers ?

En prenant le salaire comme marqueur de la « compétition », la réponse est sans ambiguïté : OUI. Les hommes désagréables gagnent en moyenne 18 % de plus que leurs homologues aimables. Ce pourcentage est ramené à 5 % chez les femmes.

La gentillesse, la modestie, la sensibilité, l’empathie ne sont-ils pas des qualités humaines reconnues dans l’entreprise ? Il semble que la réponse soit négative quand il s’agit d’aller négocier une promotion ou une augmentation !

Et si, l’espace d’une journée, tout était inversé ?

A défaut de pouvoir changer les caractères, certaines entreprises expérimentent l’échange de poste, ou « reversal day ».

Le principe du dispositif est simple : chaque salarié est appelé à occuper les fonctions d’un autre. Cette découverte d’un nouveau métier permet de mieux comprendre le travail de chacun.

Un des objectifs du « reversal day » est de désamorcer les tensions et les conflits qui peuvent naitre entre collègues. Très souvent, les problèmes de relations entre salariés proviennent de l’incompréhension, de l’ignorance des contraintes liées à leurs tâches respectives.

Dans l’Antiquité, l’espace d’un jour, l’esclave devenait le maître.

Au Moyen Age, l’espace d’un jour, un pauvre d’esprit devenait roi.

Vous l’avez compris, toute proportion gardée, le concept de « reversal day » ressemble à l’inversion des rôles qui était mis en scène à l’occasion… d’un carnaval !


Par Philippe LAFONT – Consultant en droit social

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.