Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de septembre : le moral en berne des patrons douche les espoirs de reprise

Publié le par dans Embauche BTP.

Les patrons français ont de moins en moins le moral. Cette baisse de confiance qui affecte tout particulièrement les entrepreneurs du Bâtiment très pessimistes, rend de plus en plus illusoire l’objectif de reprise affiché par le Gouvernement.

Alors que les chefs d’entreprise français recommencent à broyer du noir, le nouveau ministre de l’Economie, Emmanuel Macron parviendra-t-il à restaurer la confiance? Rien n’est moins sûr au regard de l’indicateur du climat des affaires du mois août, publié par l’INSEE. En recul de 2 points (92), après ceux perdus au mois de juin, cet indice (100), marque surtout un retour aux niveaux d’août 2013.

Si le recul de la confiance est perceptible dans tous les secteurs, c’est surtout dans le Bâtiment qu’il est le plus inquiétant. Seule la Construction affiche en effet un réel pessimisme, avec un indice en recul d’un point par rapport au mois de juillet, qui atteint son plus bas niveau (89) depuis 1997, très en deçà de sa moyenne de long terme.

Les entrepreneurs du Bâtiment sont ainsi toujours plus nombreux à signaler des baisses de prix, un recul de leurs effectifs passés et prévus avec pour la plupart, des carnets de commandes jugés insuffisants. Il faut dire que les seules mises en chantier ont de nouveau chuté de 13,3 % entre mai et juillet, par rapport à 2013.

Malheureusement, rien ne semble indiquer une embellie. Le dernier indicateur de retournement publié parallèlement par l’INSEE reste en effet dans le rouge pour tous les secteurs, dont le Bâtiment (- 0,8).

   
Cet indice vise à détecter le plus tôt possible le moment où la conjoncture change d’orientation. Il évolue donc entre +1 et –1 : un point très proche de +1 signale que l’activité est en période de nette accélération.

Il y a donc urgence à agir pour relancer un secteur considéré comme vital pour l’économie tricolore, comme le démontre la chute des mises en chantier de logements neufs entre juillet 2013 et juillet 2014, qui aura coûté pas moins de 0,4 point de croissance au pays.

Le Premier ministre, Manuel Valls, l’a bien compris, lorsqu’il martèle depuis deux mois que la relance de l’économie passe par celle du Bâtiment. Une gageure au vu des chiffres, qui sont au plus bas. À peine plus de 300.000 logements construits sur les douze derniers mois, loin de l’objectif des 500.000.

Plutôt bien accueillies par les professionnels du secteur, les mesures annoncées le 29 août afin de simplifier les normes de construction et surtout de libérer le foncier, doivent faire leurs preuves.

« Si le rebond promis tarde encore, nous serons obligés d’ajuster la main-d’œuvre. Un million cent cinquante mille emplois sont en jeu dans le Bâtiment », déclare Jacques Chanut, président de la Fédération française du Bâtiment.

Florence Labbé

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.