Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Edito de septembre : travailler moins mais plus longtemps

Publié le par dans Temps de travail.

Après le célèbre « travailler plus pour gagner plus », voici venir le temps du « travailler moins mais plus longtemps ».

Sans nul doute, la réduction du temps de travail a été la mesure la plus contestée de la dernière décennie. Les mots les plus durs ont été employés pour combattre le dispositif ; pour certains « les 35 heures » sont mêmes devenues le marqueur emblématique du déclin de la France. Notre situation économique « délicate » serait la conséquence directe de l’effondrement du temps consacré par les salariés à leur activité professionnelle.

Aux antipodes de ce raisonnement, quelques écrits suggèrent le contraire. La baisse du temps de travail serait inéluctable et profitable. Paradoxalement, la France pourrait bien avoir eu raison avant tout le monde.

Peut-être faudrait-il « travailler seulement trois jours par semaine à raison de 11 heures par jour » ? Cette idée n’a rien de loufoque et n’est pas le fruit de la pensée délirante d’un quelconque hurluberlu, il s’agit d’une suggestion faite par Carlos SLIM qui a la particularité d’être, avec 72 milliards d’actif, la deuxième fortune du monde !

A ce stade de l’analyse, il convient d’exposer la condition au déploiement de cette proposition : le recul de l’âge de la retraite. En effet, Carlos SLIM pense que le temps est venu de prendre en considération l’augmentation de l’espérance de vie, il estime que les « gens vont devoir travailler jusqu’à 70 ou 75 ans ».

Dans les faits il commence à se dessiner, dans la sphère socio-économique internationale, une forme de consensus autour du concept « travailler moins mais plus longtemps ».

A ce titre, une étude parue le 27 novembre 2013 de l’Agence nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) qui s’intitule « le travail en 2053 » peut nous éclairer. Ce document de science-fiction sociale anticipe qu’« avec l’allongement de l’espérance de vie, en 2053, les individus travailleront plus longtemps mais sur plusieurs périodes courtes. Le rapport entre vie privée et vie au travail sera désormais favorable à la première ».

Le temps de travail et la retraite sont actuellement deux dossiers très sensibles. Dans un contexte économique difficile, il est impensable que sur ces 2 questions s’ouvre un débat de société serein et apaisé. Un jour… peut-être !


Par Philippe LAFONT – Consultant en droit social

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.