Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Emploi des jeunes en France : où en est-on réellement ?

Publié le par dans Embauche.

La situation des jeunes sur le marché du travail est souvent présentée comme préoccupante : taux de chômage en hausse, difficultés à trouver un emploi… A tel point que les pouvoirs publics multiplient les actions en leur faveur. Une étude récente portant sur l’année 2008 permet d’y voir plus clair.

Emploi des jeunes en France : où en est-on réellement ? (30/09/2009)État des lieux et effets de la crise économique

En 2008, 55 % des 15–29 ans sont des « actifs » :
  • 48 % occupent un emploi ;
  • 7 % sont en situation de chômage.

Le terme « actif » regroupe :
  • les actifs occupés, c’est-à-dire les personnes ayant exercé une activité rémunérée au cours d’une semaine de référence ;
  • et les chômeurs, c’est-à-dire les personnes recherchant activement un emploi et disponibles pour travailler.

Avec la dégradation de la situation économique, le taux de chômage des jeunes a augmenté selon un rythme beaucoup plus rapide que pour l’ensemble de la population active : + 1,4 %, contre + 0,5 % au cours du 2d semestre 2008.

Les jeunes de 15 à 29 ans présents sur le marché du travail :
  • sont généralement peu diplômés et possèdent une expérience professionnelle courte ;
  • sont plus fréquemment en emploi temporaire (contrat à durée déterminée, intérim) : 1 sur 3 a un contrat temporaire, contre 1 sur 7 pour l’ensemble de la population active.

Ils se retrouvent ainsi plus rapidement au chômage lorsque la conjoncture se dégrade.

Évolution des aides et mesures de soutien en faveur de l’emploi des jeunes

Fin 2008, un jeune de moins de 26 ans sur 4 bénéficie d’une aide de l’État, contre un sur 25 pour l’ensemble des actifs occupés.

Le Président de la République a annoncé hier à Avignon de nouvelles mesures à destination des 16–25 ans : extension du RSA, mesures pour la formation, la santé, l’orientation, etc.
Il s’agit principalement de contrats en alternance (contrats d’apprentissage ou de professionnalisation), dont le nombre a légèrement augmenté en 2008.

Pour les autres emplois aidés du secteur marchand (contrats initiative-emploi [CIE] et soutien à l’emploi des jeunes en entreprise [SEJE]), le nombre de bénéficiaires s’est considérablement réduit : la baisse avoisine les 50 %.


Le site www.entreprises.gouv.fr/jeunesactifs/ regroupe l’ensemble des mesures prises par le Gouvernement depuis le début de la crise économique :
  • prise en charge de 50.000 CIE supplémentaires depuis le 1er juin jusqu’à la fin de l’année 2009 ;
  • « zéro charges » pour les apprentis : prime visant à prendre en charge les cotisations sociales restant dues par les employeurs, pour une période de 12 mois, pour toutes les embauches d’apprentis réalisées ente le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010 ;
  • aide à l’embauche d’un apprenti, en contrat de professionnalisation ou d’un stagiaire ;
  • etc.

Il reste à espérer que ces dispositifs joueront pleinement leur rôle et inciteront effectivement les employeurs à se tourner vers des embauches durables.


A. Ninucci

(Étude DARES n° 39.1 – Emploi et chômage des 15–29 ans en 2008 – Septembre 2009)


Pour plus de précisions sur les aides dont vous pouvez bénéficier en embauchant un jeune, les Editions Tissot vous conseillent leur ouvrage « Gérer le personnel ».


Article publié le 30 septembre 2009
Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.