Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

EPI : inciter son personnel à les porter

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

Aucun équipement de protection individuelle (EPI) ne permet de se prémunir contre l’ensemble des risques professionnels des chantiers. Le port d’un EPI, parfois gênant, nécessite son adaptation aux tâches à effectuer. Une formation préalable à leur utilisation facilitera l’acceptation et les réflexes de sécurité de leurs utilisateurs.

Le choix des équipements de protection individuelle (EPI) résulte toujours du meilleur compromis possible entre le niveau de sécurité maximal que l’on peut atteindre et la nécessité pour les salariés d’exécuter leur tâche dans des conditions de confort optimum.

Ces équipements peuvent être à l’origine de gêne ou d’inconfort lorsqu’ils doivent être portés pendant de longues périodes : poids, chaleur, pression excessive sur une partie du corps, gêne auditive ou visuelle, perte de dextérité, etc.

Afin de faciliter leur port et leur acceptation, ils doivent donc être adaptés à la nature du risque, aux tâches à réaliser, mais aussi aux caractéristiques du salarié, notamment à sa morphologie.

Port des EPI : trouver des compromis

L’EPI, lorsqu’il est vécu comme une contrainte par son utilisateur, n’est la plupart du temps pas porté.

Le salarié invoque notamment la gêne qu’il lui cause dans son travail, son inconfort et parfois son aspect esthétique.

Il est donc essentiel d’impliquer en amont les salariés dans le choix d’une protection la plus adaptée possible à leurs tâches. L’absence de port d’EPI reste en effet aujourd’hui une des principales causes d’accident du travail, et la gêne qu’il occasionne est très souvent la première des raisons invoquées.

Outre l’aspect sécurité, le confort et l’hygiène, mais aussi la forme et l’aspect de l’équipement peuvent donc jouer un rôle important dans son acceptation. Les aspects esthétiques (couleur, forme), bien que n’ayant aucun rapport avec la sécurité, contribuent en effet à une meilleure acceptation, et par conséquent à une meilleure protection du salarié.

Votre personnel doit donc être associé à toutes les étapes du processus de choix de l’EPI, afin de ne pas risquer d’investir dans des produits qui seront rejetés. Les essais des EPI par leurs utilisateurs sont d’autant plus importants que leur port effectif va conditionner en définitive l’efficacité réelle de ces protections.

L’entreprise devra parfois opter pour des solutions de compromis lorsque la nature et le niveau de risque le permettent : proposer des modèles plus confortables, plus attrayants qui seront portés plus volontiers, même s’ils n’offrent pas une protection absolue.

L’implication de la médecine du travail dans ce processus et dans la sensibilisation au port des EPI, peut constituer un facteur de réussite favorisant l’appropriation de ces équipements et l’adhésion des salariés.

Port des EPI : former et informer son personnel

Une meilleure acceptation des EPI par les salariés passe aussi par une meilleure connaissance de ces équipements et des risques qu’ils permettent de prévenir.

Tout employeur a à ce titre l’obligation d’assurer une formation des utilisateurs, accompagnée d’un entraînement pratique au port d’équipement de protection individuelle de catégorie III (la 3e catégorie d’EPI concerne les équipements protégeant de risques mortels, comme une par exemple, les chutes de hauteur).

Cette formation est indispensable. Elle permettra au salarié d’utiliser son matériel en parfaite connaissance, en sachant comment l’ajuster et le porter, comment en tirer la protection maximale et comment en prendre soin.

Elle doit être complétée par une information de qualité, qui peut prendre notamment la forme d’une service, que vous pouvez rédiger sur la base du modèle ci-joint :

Note de service sur le port des EPI 
(doc | 2 p. | 72 Ko)

Il ne sert à rien d’inciter quelqu’un à porter un équipement de protection individuelle parce que la loi l’exige. Il doit connaître les risques contre lesquels celui-ci le protège, ses conditions d’utilisation, notamment les consignes données pour son stockage et son entretien.

Il doit aussi connaître ses responsabilités en cas de non-respect des consignes d’utilisation. Sachez que pour assurer le port effectif d’un EPI, il est dans tous les cas essentiel de ne pas considérer cet équipement comme un outil banal, mais bien, comme un équipement personnalisé, destiné à sauvegarder la santé et la sécurité d’un salarié.

Pour vous aider à sécuriser les conditions de travail de vos salariés sur les chantiers, suivez les recommandations de l’ouvrage « Sécurité et situations de chantier du BTP » des Editions Tissot.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.