Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Interview du mois : Le stage en entreprise est un véritable tremplin pour l’emploi

Publié le par dans Embauche BTP.

Les étudiants qui effectuent un stage long en entreprise sont rarement utilisés à leur juste valeur. Acteurs à part entière de celle-ci, ils ont pourtant des choses à lui apporter, à commencer par un regard neuf sur la société. Comment faire de ses stagiaires un véritable atout ? Quelles précautions prendre pour transformer le stage en expérience « gagnant-gagnant » ? Mode d’emploi par Florence Da Costa.

Florence Da Costa est responsable du service des stages de l’Ecole Des Hautes Etudes Commerciales (EDHEC).

Accès direct aux réponses de François Cochet 


Comment les entreprises recrutent-elles leurs stagiaires ?

L’entreprise doit-elle anticiper longtemps à l’avance le recrutement d’un stagiaire ?

Est-ce facile de trouver un stagiaire, en particulier pour une PME ?

L’entreprise doit-elle faire passer plusieurs entretiens aux candidats ?

Comment réussir l’accueil d’un stagiaire ?

Comment l’intégrer au mieux dans l’entreprise ?

Comment choisir ce tuteur ?

L’entreprise doit-elle formaliser le suivi du stagiaire ?

Quelles responsabilités peut-on confier à un stagiaire ?


 L’interview dans son intégralité

Comment les entreprises recrutent-elles leurs stagiaires ?

Florence Da Costa : Nombre d’entre elles dans lesquelles les stages longs sont devenus une pratique courante ont bien compris la valeur ajoutée de stagiaires motivés. Confrontés à la « guerre des talents », les employeurs cherchent avant tout la meilleure façon de toucher les étudiants, afin de les séduire. Dans ce but, la moitié des entreprises qui les accueillent ont mis en place une politique de gestion des stages et pilotent elles-mêmes leur processus de « recrutement » en s’appuyant sur la fonction RH. Le plus important, pour elles, est d’être réactives. Les étudiants qui ont en effet de nombreuses offres à leur disposition répondent généralement à plusieurs annonces. Plus la réponse de l’entreprise est rapide, plus elle a de chance d’obtenir l’accord du jeune.

Il est d’ailleurs conseillé de signer rapidement la convention de stage qui engage respectivement l’étudiant et l’entreprise, sur une mission. Cette convention régit les modalités d’accomplissement du stage, à savoir, notamment : les durée et dates du stage, l’organisation du temps de travail, la gratification, l’accueil et l’encadrement, la discipline, les modalités de rupture du stage, etc. Il ne vous reste plus qu’à personnaliser le modèle de convention de stage que nous mettons à votre disposition.

Modèle de convention de stage 
(rtf | 2 p. | 88 Ko)

L’entreprise doit-elle anticiper longtemps à l’avance le recrutement d’un stagiaire ?

F.D.C : Pour les stages de césure d’une durée de 6 mois à un an, les étudiants cherchent à faire un tour d’horizon des différentes offres. Ils sont plus réfléchis, car ils travaillent leur projet de carrière et font des choix adaptés à l’orientation choisie. Les employeurs doivent donc s’y prendre à l’avance, environ 4 à 5 mois avant le début du stage. L’intérêt de l’entreprise est d’avoir le jeune le plus motivé par la mission. D’où la nécessité de disposer du temps nécessaire. Pour les stages courts, il ne faut en revanche pas chercher trop tôt, environ 2 mois avant le début de la mission.

Avant même d’accueillir un stagiaire, il est dans tous les cas essentiel pour l’entreprise de se poser en amont les bonnes questions : quels sont mes besoins ? Dans quel domaine de compétences et pour quelle durée ai-je besoin d’un stagiaire ? Cela lui permettra entre autres de déterminer le profil du candidat idoine. Trop souvent, les employeurs recrutent en effet à tout-va des stagiaires, sans déterminer précisément les missions qu’ils leur confieront.

Est-ce facile de trouver un stagiaire, en particulier pour une PME ?

F.D.C : Il n’est pas facile de trouver des étudiants pour des stages longs, car ils sont très sollicités. D’autant plus que les offres de stages ont augmenté ces derniers temps, en partie en raison du ralentissement du marché de l’emploi. Quant aux PME, contrairement à une idée répandue, elles intéressent les étudiants par le niveau d’autonomie et de responsabilité qu’elles leur proposent et donc par l’intérêt du stage. Je leur conseille de bien définir leur projet et de rédiger leur annonce en conséquence. De même, pendant l’entretien, elles doivent mettre en avant l’intérêt de la mission qu’elles proposent.

L’entreprise doit-elle faire passer plusieurs entretiens aux candidats ?

F.D.C : A la différence des stages courts pour lesquels nous conseillons un seul entretien avec l’opérationnel, pour les stages longs il est préférable d’intégrer l’étudiant dans le processus de recrutement de l’entreprise. Ces stages sont souvent des pré-embauches qui lui permettent de constituer un vivier de candidatures potentielles. Pour 45% des jeunes diplômés, ils constituent en effet aujourd’hui le moyen privilégié d’accès au premier emploi. D’où l’importance de mettre en place une politique qui donne le temps et les moyens nécessaires à l’entreprise, à commencer par une politique de recrutement basée sur des entretiens et parfois, des tests pour apprécier les qualités des candidats.

Comment réussir l’accueil d’un stagiaire ?

F.D.C : L’entreprise doit définir clairement sa mission. Cela commence dès l’entretien qui doit lui permettre d’être très claire sur les objectifs du stage. Il est aussi très important de bien présenter à l’étudiant, l’organisation hiérarchique de l’entreprise, l’équipe et les personnes qui seront en relation directe avec lui. Les entreprises ont d’ailleurs souvent des processus d’intégration qui reprennent leur fonctionnement et leur organisation. Dernier point, l’employeur doit confier au stagiaire une feuille de route et lui délivrer lors de son arrivée, la mission principale de son stage, dans les grandes lignes.Il sauraainsi à quoi s’attendre et prendra la pleine mesure de son rôle.

Comment l’intégrer au mieux dans l’entreprise ?

F.D.C : Il est important d’aider le stagiaire à franchir la passerelle qui relie le monde étudiant à celui de l’entreprise. Souvent peu habitué à ses complexités et ses exigences, il a besoin d’un laps de temps pour s’intégrer. A l’entreprise de tout mettre en œuvre, pour qu’il puisse rapidement devenir opérationnel. L’intégration d’un stagiaire dans l’entreprise passe aussi nécessairement par l’implication de ses collaborateurs. Mieux vaut donc pour l’employeur s’en assurer s’il veut réussir cette dernière. Cette démarche doit être effectuée en amont du « recrutement » en allant interroger les équipes sur leurs besoins et leurs souhaits et en les faisant participer le cas échéant, au processus de sélection. Dans cette même optique, l’employeur doit s’assurer aussi qu’il aura, le cas échéant au travers de ses collaborateurs, un minimum de temps à consacrer au stagiaire. Enfin, il ne doit pas oublier de choisir un tuteur ou maître de stage, chargé d’accueillir et de suivre au quotidien le jeune.

Comment choisir ce tuteur ?

F.D.C : Il est essentiel que cette responsabilité soit assumée sur la base du volontariat ou proposée et acceptée. Un stagiaire ne doit sous aucun prétexte être imposé aux collaborateurs de l’entreprise qui, sinon, risqueraient de le considérer comme une charge. L’étudiant en stage doit plutôt leur apparaître comme un appui dans l’accomplissement de leurs tâches et comme l’opportunité d’exercer des responsabilités. Plus que les compétences professionnelles, ce sont la capacité d’écoute et le sens pédagogique qu’il faut privilégier hez le tuteur de stage potentiel. Bien faire son métier et bien l’enseigner sont en effet deux choses très différentes.

L’entreprise doit-elle formaliser le suivi du stagiaire ?

F.D.C : Un suivi du jeune tout au long du stage accompagné d’un bilan à la fin est indispensable. Rien n’est plus dangereux que de laisser un stagiaire livré à lui-même. Au mieux, il se satisfera de rester passif, au pire il souffrira de ce désœuvrement. Les étudiants adaptables et déjà plutôt autonomes n’ont généralement pas besoin d’un encadrement fort. Guère habitués à estimer la charge de travail qui les attend et les impératifs de délais qui vont avec, ils ont toutefois besoin d’un encadrement consciencieux. Il est donc important, y compris dans les petites structures, d’accompagner un stagiaire afin de lui permettre de prendre confiance et de faire avec lui des points réguliers sur l’avancée de ses travaux. A travers ces rendez-vous au moins hebdomadaires, l’employeur pourra mesurer sa motivation et son évolution au cours du stage. Dans les entreprises dotées d’une réelle politique de gestion des stages, l’évaluation du stagiaire constitue une des étapes incontournables du processus de « recrutement » mis en place. Elle pourra se faire au moyen d’outils de suivi et de bilan et le cas échéant, d’outils permettant de mesurer la satisfaction du stagiaire.

Quelles responsabilités peut-on confier à un stagiaire ?

F.D.C : Pour l’entreprise, le stagiaire doit être un collaborateur à part entière. Elle doit l’impliquer au maximum dans ses missions quotidiennes, le faire participer aux réunions ou encore, l’associer à la création d’un projet…. Si le stage reste une pratique banale pour certaines sociétés, il est devenu pour la plupart d’entre elles un véritable outil de prérecrutement. Confier des responsabilités à un stagiaire est donc aussi le moyen pour l’employeur de le tester, en vue d’une éventuelle embauche. L’étudiant quant à lui apprend un métier, il acquière des outils et des méthodes. Le stage est donc une expérience gagnant-gagnant, un véritable tremplin pour l’emploi.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.