Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

L’édito de juin : les intentions de recrutement dans le BTP et la difficile adéquation entre l’offre et la demande

Publié le par dans Embauche BTP.

L’enquête Pôle emploi sur les besoins de main d’œuvre (BMO), publiée le 14 avril dernier, a permis de dénombrer 1.693.300 projets de recrutement pour 2010. Le secteur de la construction et du BTP est marqué à la fois par la faiblesse des intentions de recrutement et les difficultés à trouver des candidats.

19,7 % des employeurs du secteur privé prévoient de réaliser au moins une embauche au cours de cette année. Près de la moitié de ces recruteurs potentiels envisageraient de procéder à ces embauches en contrat à durée indéterminée (CDI), 40 % évoquant la création de nouveaux postes et 34 % le surcroît d’activité pour justifier leur décision.

Malgré des prévisions plus optimistes que l’an dernier, près de la moitié de ces prévisions d’embauche restent assorties de difficultés de recrutement.

En dépit du contexte actuel de hausse du chômage, des éléments structurels tels que le manque d’attractivité de certains métiers et filières de formation et l’ampleur des pénuries de main d’œuvre qualifiée laissent en effet présager de telles difficultés.
L’édito de juin : les intentions de recrutement dans le BTP et la difficile adéquation entre l’offre et la demande (01/06/2010)Les perspectives d’embauche pour 2010 dans la construction et le Bâtiment sont notamment particulièrement faibles.

Soumis aux chocs conjoncturels et à la baisse des mises en chantier dans le logement neuf, les projets de recrutement y représentent 5,7 % de l’ensemble des projets d’embauche du secteur privé, soit 97.200 embauches, pour la plupart sous la forme de CDI.

Les difficultés de recrutement les plus élevées portent essentiellement sur les postes qualifiés : couvreurs (74,4 %), charpentiers (67,0 %), plombiers-chauffagistes (63,4 %), etc. Avec toutefois un nombre élevé d’intentions d’embauche pour les maçons qui font figure d’exception, même si plus de la moitié de ces embauches est considérée comme difficile à réaliser par les employeurs. Parmi les profils non qualifiés, les ouvriers du second œuvre du Bâtiment sont les plus recherchés.

Selon les entreprises, ces difficultés de recrutement sont avant tout liées au profil inadéquat des candidats, notamment à leur manque d’expérience (pour 42 %) ou, plus simplement, à la pénurie de candidats (pour 40 %). Pour les employeurs, la formation s’impose donc comme la première solution. En priorité celle des candidats venant de l’extérieur (32 %), plutôt que celle des salariés présents dans l’entreprise (18 %).

Pour connaître plus en détail les résultats de cette enquête « Besoins en main d’œuvre (BMO) » 2010, téléchargez gratuitement la synthèse de Pôle emploi :





Par Catherine Max, journaliste juridique



Article publié le 1er juin 2010

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.