Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

L’édito de mai : au bruit du C.O.R

Publié le par dans Contrat de travail.

Le débat sur la réforme des retraites s’est ouvert avec la publication du 8e rapport du Conseil d’Orientation des Retraites (COR) : « Retraites : perspectives actualisées à moyen et long terme en vue du rendez-vous de 2010 ». Une étrange impression se dégage de ce document : existe-t-il vraiment une solution pour sauver notre système de retraite ?

L’édito de mai : au bruit du C.O.R
A titre d’exemple, dans le cadre du scénario le plus favorable (taux de chômage à long terme de 4,5 % et hausse de la productivité du travail de 1,8 %), dans 20 ans, en supposant acquise la hausse d’un an et demi de l’âge effectif moyen de départ à la retraite par rapport à l’âge observé de 60,6 ans en 2008, il faudrait, pour atteindre l’équilibre :
  • soit une hausse du taux de prélèvement de 7,6 points ;
  • soit une baisse du rapport entre la pension moyenne nette et le revenu moyen net d’activité de 30 % ;
  • soit un décalage supplémentaire de l’âge effectif moyen de départ à la retraite d’environ 6 ans (au total d’environ 7 ans ½ par rapport à 2008).

En outre, l’argument principal avancé pour justifier la réforme de notre système de retraite prend appui sur l’allongement continu de notre espérance de vie. En effet, nous « gagnons » régulièrement plusieurs mois de vie et, en conséquence, nous passons proportionnellement plus de temps… à la retraite.

Il est incontestable que nous vivons plus vieux : l’espérance de vie à la naissance était en 2009 de 77,8 années pour les hommes et de 84,5 années pour les femmes.

Mais afin d’avoir une vision objective, une autre série de chiffres doit être prise en compte : il s’agit des données concernant l’espérance de vie « en bonne santé » (c’est-à-dire sans limitation d’activités). Elle est estimée à 64,2 ans pour les femmes et à 63,1 ans pour les hommes.

Le calendrier de la réforme prévoit qu’un texte sera présenté en juillet en Conseil des ministres ; la discussion se poursuivra à l’Assemblée nationale en septembre.

Autrement dit, suivant la gravité des pathologies, certains salariés seront à la charge de l’assurance maladie.

A ce stade de l’analyse, il convient de se rappeler que la France a l’un des taux d’emploi des seniors les plus faibles en Europe et que, si rien ne change, une grande partie de ces personnes se retrouveront prises en charge par Pôle emploi.

Pour conclure, nous rappellerons que, suivant certaines études, il existe entre un cadre et un ouvrier (de sexe masculin) une différence d’espérance de vie de 7 ans.

L’enjeu de la concertation dépasse largement le simple cadre des retraites. En réalité, le Gouvernement et les partenaires sociaux sont en train d’esquisser un nouveau cadre global pour le monde du travail.


Philippe Lafont, consultant en droit social


Pour plus de précisions sur la retraite, les Editions Tissot vous conseillent leur ouvrage « Tissot Social Entreprise » et leurs formations en droit du travail.


Article publié le 3 mai 2010
Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.