Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

La prévention en amont des risques liés à la circulation et manoeuvre d’engins sur le chantier

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

La co-activité entre engins de chantiers, camions et piétons est à l’origine chaque année de nombreux accidents. Afin d’éviter les risques occasionnés par la circulation et la manoeuvre de ces engins, des mesures de prévention doivent être prises dès la phase de conception du chantier.

La préparation du chantier

Avant même le démarrage des travaux, il est essentiel d’intégrer les risques liés à la circulation et la manœuvre des engins, dans le projet d’organisation du chantier. Lors de la phase de conception, le maître d’ouvrage doit ainsi, établir, un plan de circulation et de signalisation en privilégiant la spécialisation des différentes voies (engins, véhicules de service, piétons).

Notez-le : Pour les opérations de bâtiment excédant un montant de 760.000 euros, la construction d’une voie d’accès permettant aux véhicules et aux piétons d’accéder au chantier doit être prévue.

Cette action sera complétée, pour les chantiers soumis à coordination, par une description par le coordonnateur SPS, des moyens à mettre en œuvre : accès au chantier des véhicules, engins et piétons, voies de circulation, zones de déplacement….

Les causes des accidents répertoriés sont le plus souvent liées à la présence de piétons, au croisement des flux de circulation, aux manœuvres en marche arrière des engins, aux conditions environnementales défavorables (mauvaise qualité des pistes, exiguïté des lieux, multiplication des intervenants…). Tous ces points doivent donc faire l’objet d’une étude en amont du chantier.

Téléchargez gratuitement une liste des mesures de prévention à mettre en œuvre, lorsque vos salariés sont exposés à un risque de collision avec des véhicules sur le chantier :



L’étude des accès au chantier

Cette étude doit prendre en compte aussi bien l’accès des véhicules et engins que celui des piétons.

Pour les premiers, il s’agit d’étudier :

  • le gabarit des véhicules qui interviendront sur le site y compris ceux des fournisseurs et des sous-traitants,
  • les charges maximales des véhicules et engins, le nombre approximatif de véhicules, la fréquence des entrées,
  • la réalisation de rampes d’accès en tenant compte des capacités de franchissement des engins ou des véhicules devant les emprunter et de la signalisation des rampes dont la pente est supérieure à 10 %.

Pour les seconds, il convient :

  • de prévoir l’aménagement de voies et chemins d’accès reliant le cantonnement, le parking du personnel, les postes de travail et le réseau routier,
  • de réaliser les voies et chemins d’accès avant le début des travaux, en évitant de leur faire traverser les zones de travail et de circulation des véhicules et engins.
   
En cas de franchissement d’une zone de circulation ou de dénivelé important, vous devez prévoir pour les piétons des passerelles de franchissement ou des escaliers de chantier.

La circulation sur les pistes et zones de travail

Les pistes et/ou voies d’accès du chantier doivent être dimensionnées à sa circulation. Les voies de circulation empruntées par les engins de travail mobiles doivent ainsi avoir un gabarit suffisant et présenter un profil permettant leur déplacement sans risque. Dans les zones présentant un risque de sortie de piste, il est essentiel de prévoir des dispositifs de protection (merlon, glissière…). Des mesures d’entretien de ces voies de circulation et d’accès doivent aussi être prévues.

S’agissant de la circulation sur le chantier, des mesures d’organisation doivent être prises pour éviter que des piétons ne se trouvent dans la zone d’évolution des engins. Si la présence de salariés à pied est requise pour l’exécution des travaux, elles doivent viser à éviter qu’ils ne soient blessés par ces équipements. A cet effet, il convient :

  • d’interdire la circulation des piétons sur les voies servant aux véhicules et engins et en cas de nécessité (panne d’engin…) de prévoir la marche du côté opposé au sens de circulation des véhicules ;
  • de signaler la présence d’intervenants par des moyens adaptés, en cas d’intervention le long de la piste ou dans une zone de travaux ;
  • d’imposer de jour, la circulation des véhicules et engins avec les feux de croisement allumés et en cas de travaux de nuit, de prévoir un éclairage auxiliaire permettant une visibilité correcte dans les zones de travail et de veiller à ce que les engins soient équipés de phares de travail ;
  • de privilégier enfin les circulations en marche avant et à défaut, de prévoir des aires de retournement pour limiter les marches arrière des véhicules et engins.

Ces mesures doivent être complétées par la formation de l’encadrement des opérateurs sur le chantier, et pour cela, Tissot formation vous propose une formation accident, santé-sécurité : éviter et prévenir les risques dans le BTP.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.