Droit du travail & RH

Managers, engagez vos collaborateurs grâce à des challenges à impact positif !

Publié le par dans Management.

Mis à part pour quelques climato-sceptiques qui nient les dégâts que produisent l’homme et l’industrialisation sur l’environnement, la prise de conscience s’est majoritairement opérée. Si les entreprises dites « à impact » fleurissent dans le monde économique, d’autres, pour lesquelles il est plus difficile de se transformer profondément, ont la possibilité d’agir à leur échelle, notamment en proposant à leurs salariés des actions dans le cadre de leur écosystème professionnel… C’est la tendance des challenges à impact positif.

Des challenges d’entreprise qui, au-delà de la motivation, génèrent de l’engagement

Tous les managers connaissent par cœur les ficelles du bon vieux concours de vente qui, en faisant miroiter un voyage ou une TV à écran plat aux commerciaux les plus performants, permet de booster (ou non) le chiffre d’affaires. En ces temps compliqués où rarement les entreprises ont eu autant besoin d’améliorer leurs résultats, et les salariés leurs pouvoir d’achat, il n’est pas question de jeter l’opprobre sur ce type d’incentive qui a fait ses preuves et continue à fonctionner. Pour autant, il est primordial de prendre en compte une nouvelle aspiration des salariés : au-delà d’être motivés, ils expriment en effet le besoin d’être engagés, de mettre leur énergie au service de missions qui ont du sens. C’est en partant de ce postulat que différentes start-up ont développé un concept de « challenges à impact positif » qui ont pour objectif de transformer un discours RSE en actions concrètes et participatives. Grâce à des solutions clés en main, elles invitent les entreprises à fédérer leurs équipes autour d’enjeux socio-environnementaux. À titre d’exemple, la jeune pousse OuiLive propose des « challenges live » sur des thématiques très diverses telles que :

  • la reforestation ;
  • la préservation des abeilles ;
  • ou encore le défi – oh combien d’actualité – « soutenons la culture » !

Le collaborateur s’engage pour une cause précise et agit de manière simple et mesurable.

Exemple
Il participe à un défi sportif, type course à pied, et chaque kilomètre parcouru finance la plantation d’un arbre par l’association ReforestAction.

Les challenges s’adaptent à la crise sanitaire… Depuis le début de la pandémie, les défis sont ainsi menés à distance, en prenant plutôt la forme de quiz interactifs.

Les bénéfices de ce type d’action sont multiples : l’entreprise engage une politique RSE plus participative et donne à ses salariés l’occasion de s’investir plus intensément, au service de causes sociales ou environnementales. Enfin, elle renforce la cohésion de ses équipes et maintient un lien social avec ses collaborateurs, y compris en télétravail !

Les challenges innovation

Tout comme le concours de vente, le concept de la « boîte à idées » a pris une nouvelle forme, plus digitalisée et plus participative… Ce sont les « challenges innovation ». Or, si les entreprises, en innovant, sont le plus souvent à la recherche de réductions des coûts, il faut tout de même noter que l’innovation s’accompagne aussi fréquemment de bénéfices sociaux et/ou environnementaux. Ainsi, les challenges innovation, très en vogue en entreprise, représentent un moyen d’innover en stimulant la production d’idées sur un maximum de sujets. L’entreprise collecte, évalue ces idées et, éventuellement déploie les projets exploitables. En faisant appel à l’intelligence collective de ses collaborateurs, elle stimule leur créativité et leur engagement. Elle valorise les auteurs d’idées performantes, et dispose aussi d’un puissant vecteur de communication.

Là encore, de plus en plus de prestataires proposent des concours internes d’innovation clés en main. La société Schoolab, par exemple, a mis sur le marché ses « Hackathon » : des programmes courts qui rassemblent des populations pluridisciplinaires entourées de coachs. Ces derniers les guident dans la production de solutions innovantes qui doivent répondre à une problématique définie en amont. Des plateformes personnalisables permettant quant à elles le déploiement simple et rapide de challenges visant à accentuer l’économie circulaire au sein de l’entreprise, en mettant notamment en œuvre la théorie des « 4 R » : réduire, réemployer, réutiliser, recycler. Les participants sont invités à passer à l’action grâce à un système de timeline et de livrables. Ils acquièrent de nouvelles méthodologies et compétences. Quant à l’entreprise ; elle n’est pas à l’abri de voir éclore des résultats inattendus qui peuvent révolutionner ses processus, générant ainsi des gains de productivité ; et une réelle réduction de son impact environnemental.