Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Objectif plein emploi : présentation des 8 chantiers prioritaires du ministère du Travail

Publié le 16/09/2022 à 07:10 dans Formation professionnelle.

Temps de lecture : 6 min

Lundi 12 septembre, le ministre du Travail, accompagné de la ministre déléguée chargée de l’enseignement ont présenté aux partenaires sociaux la feuille de route pour atteindre l’objectif plein emploi. Cela passe par la réforme de l’assurance chômage, l’évolution de la formation initiale et de la formation continue, sans oublier la réforme du régime des retraites.

Le ministère du Travail a fixé 8 chantiers prioritaires pour ces prochaines années afin d’atteindre son objectif du plein emploi qui sont :

  • rénover le service public de l’emploi par la création de France Travail ;

  • réformer l’accompagnement des bénéficiaires du RSA et mieux insérer les publics les plus éloignés de l’emploi ;

  • poursuivre le déploiement du contrat d’engagement jeune (CEJ) ;

  • faire évoluer l’assurance chômage ;

  • amplifier la dynamique de l’apprentissage ;

  • préparer les actifs aux compétences de demain ;

  • soutenir l’emploi des séniors et garantir l’avenir de notre système de retraites ;

  • travailler mieux.

Pour concrétiser cet objectif du plein emploi, seront mobilisés les partenaires sociaux, les collectivités territoriales, les services de l'Etat, les associations, les services de la petite enfance, le déplacement mobilité et le logement.

Création de France Travail afin d’accompagner les personnes éloignées de l’emploi

Un des premiers chantiers est de rénover le service public de l’emploi. France Travail prendra notamment la place de Pôle emploi. Le projet commence en septembre par une phase de concertation avec les différents acteurs qui sont les représentants des collectivités locales, les partenaires sociaux, ainsi que les administrations et services déconcentrés, les opérateurs, les acteurs associatifs, ainsi que les bénéficiaires.

Le déploiement de France Travail est prévu début 2023.

France Travail doit améliorer les réponses aux besoins des entreprises. Auprès des demandeurs d’emploi, son objectif est de proposer un accompagnement renforcé plus particulièrement auprès des bénéficiaires du RSA et ceux éloignés du marché du travail pour un retour vers un emploi durable.

Ainsi, le lancement de la réforme du RSA est prévu cet automne. Elle prévoit un accompagnement des allocataires dans le cadre d’un engagement réciproque qui garantit comme priorité l’accompagnement d’un projet professionnel hebdomadaire, personnalisé et intensif. L’expérimentation devrait se dérouler sur une période de 12 mois dans 10 bassins d’emploi.

Un autre projet sera également lancé cet automne avec les acteurs de l’IAE (insertion par l’activité économique) et du handicap afin de favoriser l’emploi des personnes handicapées en milieu ordinaire.

Déploiement du contrat d’engagement jeune (CEJ)

L’objectif est de donner aux jeunes des perspectives crédibles d’insertion rapide et durable.

Mis en place en mars 2022, le contrat d’engagement jeune (CEJ) s’adresse, sauf exception, aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne suivent aucune formation et qui ont des difficultés pour accéder à un emploi durable. Ce contrat repose sur une co-construction individuelle et personnalisée afin de définir un projet professionnel et retrouver un emploi durable. Le jeune bénéficie d’un programme intensif d’au moins 15 heures d’activité par semaine.

Cet automne sera déployé des actions d’accompagnement spécifiques afin de repérer les jeunes en rupture dans les territoires et de les ramener dans un parcours vers l’emploi.

Réforme de l’assurance chômage

Comme prévu par le projet de loi sur les mesures d’urgence, la réforme de l’assurance chômage consiste à faire évoluer l’indemnisation des allocataires en fonction de la conjoncture économique et de la situation du marché du travail. L’objectif est de construire un système plus incitatif au retour à l’emploi lorsque trop d'offres ne sont pas pourvues et plus protecteur lorsque les offres d’emploi se raréfient.

Autre sujet sur la table : celui de la réforme de la gouvernance de l’assurance chômage. Les partenaires sociaux sont invités à négocier.

Dynamiser l’apprentissage

Le plein emploi passe par la poursuite du développement de l’apprentissage, notamment un soutien des entreprises et des centres de formation d’apprentis en garantissant un financement des contrats au juste prix.

L’objectif est d'atteindre le 1 million d’apprentis par an et assurer la croissance du nombre d'apprentis préparant un diplôme de niveau infra-bac (inférieur au bac).

Il faut également encourager la poursuite des études dans la filière apprentissage en sécurisant les parcours, par exemple en cas de rupture du contrat d’apprentissage, faciliter les passerelles avec la voie professionnelle.

Préparer les actifs aux compétences de demain

Un effort d’investissement est prévu dans la formation des demandeurs d’emploi et des salariés afin que les entreprises trouvent les compétences nécessaires aux métiers d’avenir notamment pour conduire les transitions écologique, numérique, industrielle et démographique.

Cela passe par des dispositifs efficaces d’accompagnement et de soutien aux transitions professionnelles des adultes. C’est ce que prévoit notamment le projet de loi sur les premières mesures d’urgence en simplifiant les conditions d’accès à la VAE.

Transformer l’appareil de la formation initiale et continue pour préparer aux métiers qui recrutent et aux métiers de demain. Le communiqué de presse indique que plus de 600 000 emplois peuvent être créés d’ici 2030 dans le numérique, la recherche, le bâtiment et le soin aux personnes âgées et aux jeunes enfants.

Parmi les actions pour préparer les actifs aux compétences de demain, il est prévu que le compte personnel de formation soit mieux orienté sur les besoins de l’économie, qu’il accompagne la montée en compétences, sécurise les parcours professionnels et développe l’employabilité.

Mobilisation pour l’emploi des seniors et l’avenir de notre système de retraite

Travailler plus pour augmenter le taux d’activité des seniors et assurer la pérennité de notre système de retraite.

Garantir le maintien en emploi des seniors passe par un accompagnement des fins de carrière et une politique de prévention de l’usure professionnelle.

Ainsi, la réforme des retraites qui conduit à travailler plus longtemps devra permettre aux carrières longues et difficiles de partir plus tôt.

Le 15 septembre, des concertations avec les partenaires sociaux ont commencé afin de partager un diagnostic du système de retraite et de formuler des propositions.

Travailler mieux : améliorer les conditions de travail et l’attractivité des métiers

Mieux vivre de son travail, cela passe par une politique juste de rémunération et donc une implication des branches et des entreprises dans la négociation salariale.

Une autre action pour mieux vivre de son travail est d’améliorer le partage de la valeur dans les entreprises. La concertation sur ce thème sera engagée cet automne.

Travailler mieux, c'est aussi la création d’un compte épargne-temps universel (CETU). Les discussions sur son développement commenceront d’ici la fin de l’année.

Autres actions pour travailler mieux, c’est l'amélioration des conditions de travail, des mesures de prévention de l’usure professionnelle et la lutte contre les accidents du travail graves et mortels.

Ministère du Travail, dossier de presse « Objectif Plein Emploi », Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion et Madame Carole Grandjean, ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnelle, 12 septembre 2022

Isabelle Vénuat

Juriste en droit social et rédactrice au sein des Editions Tissot