Droit du travail & RH

Protocole national sanitaire : une nouvelle mise à jour relative aux cas contacts

Publié le par dans Sécurité et santé au travail.

Le protocole national sanitaire a connu une importante mise à jour le 29 janvier dernier relative aux nouvelles règles de distanciation, de port du masque ou encore d’aération. Une nouvelle modification vient d’être effectuée le 16 février dernier et touche cette fois les cas contacts en entreprise.

Protocole national sanitaire : ce qui a changé le 29 janvier dernier

La mise à jour du 29 janvier a porté sur :

  • la nouvelle règle de distanciation sociale qui doit être de 2 mètres en l’absence de port du masque ;
  • le port de masques faits maison qui ne peut plus être accepté dans l’entreprise ;
  • les nouvelles recommandations d’aération, « le plus souvent possible » et au minimum quelques minutes toutes les heures.

Tous les détails sont dans notre article « Protocole national : nouvelle distanciation, masque catégorie 1 et aération toutes les heures... ».

Protocole national sanitaire : nouvelle mise à jour du 16 février 2021

Le protocole de prise en charge d’une personne symptomatique en entreprise et plus particulièrement de ses contacts a été revu.

Ainsi le protocole précise désormais uniquement que « les contacts évalués « à risque » selon la définition de Santé publique France seront pris en charge et placés en quarantaine ».

Dans la version précédente du protocole national sanitaire, il était fait référence à une période de 7 jours pleins à partir de la date du dernier contact avec le cas confirmé et un test devait être réalisé au 7e jour.

Dès le 10 février, les pouvoirs publics avaient annoncé, dans un communiqué de presse, différentes mesures pour lutter contre les variants notamment un isolement plus important dans certains cas.

Le site ameli précise aujourd’hui qu’il faut :

  • pour les cas contacts d’une personne positive au Covid-19 avec variant : respecter un isolement de 7 jours et réaliser un test de dépistage RT-PCR immédiatement. Après ces 7 jours et si la personne ne présente aucun symptôme, elle réalise un nouveau test RT-PCR : si ce test est négatif, l'isolement peut prendre fin ;
  • pour les cas contacts d’une personne positive au Covid-19 sans variant : s’isoler et contacter le médecin traitant en attendant de passer un test de dépistage. L’isolement peut s’arrêter si le test est négatif.
Notez-le
Pour une personne positive au Covid-19, l’isolement doit être de 7 jours sans variant, et de 7 à 10 jours minimum en cas de variant. Dans le cas des variants sud-africain et brésilien, après 10 jours minimum et en l’absence de fièvre depuis plus de 48h, la personne doit réaliser un nouveau test RT-PCR qui doit être négatif pour mettre fin à l’isolement. Le 18 février dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé qu'à partir du lundi 22 février, la période d'isolement est de 10 jours pour tous les malades.

Rappelons qu’il ne suffit pas d’avoir croisé une personne contaminée au Covid-19 pour être considéré comme cas contact au Covid-19. En effet, en plus de la contamination certaine de la personne visée au Covid-19, il faut aussi avoir eu avec elle un contact à risque c’est-à-dire se retrouver dans certaines situations à risque :

  • être en face à face sans respect des distances (bise, poignée de main, etc.) et sans masque ou autre protection efficace ;
  • rester plus de 15 minutes, dans un lieu clos, sans masque, alors que la personne contaminée tousse ou éternue (repas, pause, conversation, déplacement en voiture, etc.) ;
  • échanger du matériel ou un objet non désinfecté ;
  • etc.

Plus de détails avec notre article « Covid-19 et cas contact : comment gérer la situation ? ».


Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19, 16 février 2021
Communiqué de presse du 10 février 2021 sur le renforcement des mesures pour lutter contre la propagation des variantes
Annonce d'Olivier Véran du 18 février 2021