Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Relations amoureuses au travail : le management a-t-il son mot à dire ?

Publié le 19/04/2022 à 10:28 dans Management.

Temps de lecture : 4 min

Les dernières statistiques sur le sujet datent de 2019… Et pour cause, la crise sanitaire, avec le port du masque, la crainte du virus et le télétravail, ont mis un sérieux coup d’arrêt à ce qu’il est convenu d’appeler « l’Amour au bureau » ! Pour autant, Cupidon pourrait reprendre du service, alors que la pandémie marque le pas, et que le cadre professionnel retrouve petit à petit sa « normalité » ! Voyons l’ampleur du phénomène, et les postures managériales qui semblent les plus appropriées, au regard de la législation en vigueur.

« L’amour au bureau », en quelques chiffres…

Les quelques chiffres qui suivent sont issus d’une étude IFOP réalisée en 2018 pour Online Séduction*, et semblent bien témoigner d’un phénomène pas vraiment anecdotique… !

  • 35 % des Français ont déjà eu un rapport sexuel avec quelqu’un de leur milieu professionnel ;
  • 56 % des hommes et 48 % des femmes ont déjà entretenu une relation avec un collègue à l’insu des autres collègues ;
  • 33 % des Français se sont déjà livrés à des ébats ou à des jeux sexuels sur leur lieu de travail avec un(e) collègue ;
  • 12 % des personnes en couple lors de l’étude se sont rencontrées sur leur lieu de travail ;

Que dit la réglementation sur le sujet ?

L’article 9 du Code civil protège la vie privée des salariés pendant et en dehors de leur temps de travail, en ces quelques termes : « Chaque salarié a droit au respect de la vie privée. » Par ailleurs, les lois Auroux (un ensemble de quatre lois modifiant le droit du travail en France, promulguées en 1982 par le gouvernement Mauroy II), protègent la vie de couple sur le lieu de travail en précisant qu’elle « ne relève pas de l’entreprise ». L’employeur a donc interdiction de s’immiscer dans la vie privée de ses collaborateurs. Une relation intime entre deux salariés au sein de l’entreprise relevant clairement de la vie privée, celle-ci ne peut pas leur être interdite.

Enfin, l’entreprise n’a pas le droit d’insérer dans un contrat de travail une clause interdisant toute relation amoureuse sur le lieu de travail. Cela constitue une discrimination fondée sur la situation de famille, ce qui est interdit, comme le stipule l’article L. 1132-1 du Code du travail. Néanmoins, il est possible d’appliquer des sanctions (avertissement, ou autres types de sanctions disciplinaires), voire d’aller jusqu’au licenciement si :

  • un acte sexuel est pratiqué en public ;
  • le comportement d’une relation amoureuse entre collègues de travail porte préjudice à l’entreprise et/ou constitue un manquement grave aux obligations découlant de son contrat de travail ;
  • la relation entrave la collaboration efficiente des deux collaborateurs ;
  • le comportement du couple cause un problème aux autres collaborateurs ou à l’entreprise ;
  • des dérives du type favoritisme, discrimination ou attitudes trop démonstratives sont constatées.

La sanction appliquée aux salariés doit être proportionnelle aux dommages causés à l’entreprise. Cette dernière ne doit en aucun cas être discriminatoire. Par ailleurs, en cas de licenciement suite à l’un de ces cas de figure, celui-ci doit alors être dûment justifié pour éviter tout contentieux.

Dans les faits, quelle posture managériale adopter ?

Ecartons d’emblée le scénario où la relation amoureuse s’est tissée entre le manager et l’un(e) de ses subordonné(e)s – qui pourrait faire l’objet d’un prochain article – pour évoquer celui où un manager doit « gérer » la relation de deux membres de son équipe. Ainsi que le prévoit la législation, ces deux personnes adultes sont libres d’entretenir une aventure, sans risque d’être ni mutées, ni licenciées pour cette seule raison.

Par contre, si les effets induits par cette relation ont des répercussions sur la bonne marche de l’organisation, la faute professionnelle peut alors être invoquée… Par exemple, si des pauses-déjeuner qui s’éternisent altèrent la productivité des deux salariés, ou si un comportement inapproprié devant des clients entache l’image de l’entreprise… L’essentiel est donc de rester complètement objectif dans l’appréciation de la situation. Notons également que selon Loïck Roche, docteur en psychologie et auteur de Cupidon au Travail, trouver l’amour au bureau peut être, pour des salariés, une source de créativité et de motivation supplémentaire. « Les entreprises les plus innovantes sont celles où il existe le plus de relations intimes », explique-t-il ainsi. Par ailleurs, si les histoires d’amour finissent mal en général, celles issues du monde du travail représentent tout de même 14 % des couples mariés…. De belles romances qui pourraient peut-être représenter un axe de communication, et contribuer à promouvoir la marque employeur, alors que l’humain est plus que jamais mis en exergue au sein des entreprises !


*
Etude de l’IFOP réalisée en 2018 pour Online Séduction par questionnaire auto-administré en ligne du 29 au 30 mai 2018 auprès d’un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

3770

Valérie Macquet

Conceptrice- rédactrice, conseil en écriture, auteur, biographe, formatrice pour adultes

Après avoir été gérante d’une agence de communication, directrice déléguée d’un hebdomadaire, puis manager commerciale d’une équipe de commerciaux grands comptes, j’en ai eu assez de jongler avec les...