Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Rémunération des VRP : spécificités de la paie pour un statut particulier

Publié le par dans Rémunération.

Les Voyageurs Représentants Placiers (VRP) bénéficient d’un statut particulier. Ce statut donne aussi lieu à des particularités sur la gestion de la paie. La garantie minimale de rémunération, les commissions, les frais professionnels, etc.

Le statut du VRP, des conditions à satisfaire

Afin de bénéficier du statut de VRP, un salarié doit satisfaire à l’ensemble des conditions suivantes :

  • exercer une activité de prospection ;
  • exercer cette activité de façon exclusive et constante ;
  • ne faire aucune opération commerciale pour son compte personnel
  • être lié à son employeur par des engagements précis (région ou catégories de clients en charge de visiter, taux de sa rémunération, etc.)
   
Ces conditions sont cumulatives. A défaut de satisfaire une des conditions, le salarié ne peut prétendre au statut de VRP.


Il convient également de distinguer le VRP multicartes, qui travaille pour plusieurs employeurs ou bien un employeur mais sans condition d’exclusivité contractuelle, du VRP exclusif qui n’a qu’un seul employeur et dont le contrat de travail prévoit une clause d’exclusivité.

La rémunération des VRP et la garantie de rémunération

Le salaire des VRP peut être constitué d’un fixe, d’une commission ou bien de la combinaison des deux.

Pour un salarié ayant le statut de VRP exclusif, exerçant à temps plein, il est prévu une garantie minimale de rémunération. Ainsi un VRP exclusif a droit à une rémunération minimale forfaitaire qui ne peut être inférieure à 520 fois le SMIC horaire en vigueur le dernier jour du trimestre, soit 4.997, 20 euros à compter du 1er janvier 2015.

Une exception est faite pour les 3 premiers mois d’activité à temps plein. La rémunération minimale est la suivante :

  • 80 fois le SMIC en vigueur à l’issue du premier mois ;
  • 220 fois le SMIC en vigueur à l’issue des 2 premiers mois ;
  • 390 fois le SMIC en vigueur à l’issue des 3 premiers mois.
   
Il convient de déduire les frais professionnels afin de vérifier si la rémunération minimale est respectée.

Afin de maitriser les spécificités de la paie des VRP et des commerciaux, les Editions Tissot vous proposent leur « formation paie des VRP et des commerciaux : établir les bulletins de paie et les déclarations » qui aura lieu le 18 mai à Paris.

Les commissions

Le VRP peut également percevoir des commissions. Le mode de calcul des commissions est fixé par les parties et peuvent notamment prendre en compte :

  • le chiffre d’affaire personnel du salarié ;
  • le chiffre d’affaire global de l’entreprise ;
  • la prise en compte de la commande ou de la réalisation de la vente ;
  • les commandes directes ou indirectes.

Sur le plan social et fiscal, les commissions sont soumises à l’ensemble des cotisations sociales et fiscales en vigueur.

   
En l’absence de clause contraire, la commission se calcule sur le prix facturé, toutes taxes comprises.

Concernant le paiement des commissions, en dehors d’un usage ou d’un contrat spécifique, les commissions sont dues au moment de la passation de la commande par le client du VRP.

Dans tous les cas, les commissions doivent être versées au VRP au moins tous les 3 mois.

Les commissions de retour sur échantillonnage

Ce type de commission correspond à des commandes passées par le client du VRP dont le contrat est rompu mais qui font suite à son activité antérieure. Ces commissions sont dues par l’employeur et de manière générale la durée pendant laquelle les commissions sont dues est fixée par usage.

Les frais professionnels et le calcul des charges sociales

A l’exclusion des frais professionnels, les cotisations de sécurité sociale sont calculées sur l’ensemble des rémunérations perçues.
Toutefois, l’employeur peut aussi appliquer la déduction forfaitaire spécifique pour les frais professionnels de 30 % en faveur des VRP. Dans ce cas, l’assiette des cotisations de sécurité sociale prend en compte les rémunérations brutes, ainsi que le montant des remboursements de frais professionnels. La somme faisant l’objet d’un abattement de 30 %, dans la limite de 7.600 euros par an.

   
Cette déduction s’applique également pour les cotisations de retraire complémentaire, AGFF, d’assurance chômage, AGS, assurance décès cadre, etc. à l’exception de la base CSG et CRDS.

Cotisations d’assurances chômage et AGS

Les cotisations d’assurance chômages et AGS suivent le régime du droit commun.

Ces cotisations sont recouvrées par l’URSSAF pour les VRP exclusifs. En revanche, pour les VRP multicartes, les cotisations d’assurances chômage sont réglées auprès de la Caisse nationale de compensation de Sécurité sociale des VRP (CCVRP).


Fabrice GUIGUES, Responsable juridique

Vous avez une question en droit du travail ? Notre service d'experts peut vous fournir une information réglementaire adaptée par téléphone.

Rendez-vous sur Tissot Assistance Juridique pour obtenir un complément d'information et souscrire à l'offre.