Droit du travail & RH

  1. Accueil
  2. Actualités

Actualités en droit du travail & RH

Risques chimiques : n’oubliez pas de prévenir les risques

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

Les produits chimiques sont présents partout dans le BTP : peinture, solvants, colle, résine, etc. Tous les salariés du BTP sont donc susceptibles d’être concernés. Ce risque, souvent moins visible que les autres risques professionnels, doit toutefois être évalué et retranscrit dans le document unique d’évaluation des risques.

Risques chimiques : évaluation des risques

L’évaluation de ce risque débute par un inventaire des produits chimiques présents dans l’entreprise et sur les chantiers. Chaque produit chimique doit obligatoirement comporter un étiquetage spécifique avec des pictogrammes de danger.

Notez-le
Depuis le 1er juin 2017, les pictogrammes de danger ont évolué. Il est important de s’assurer que tous les produits dans votre entreprise comportent les nouveaux pictogrammes, faute de quoi il n’est plus possible de les utiliser.

Pictogrammes de danger – ancienne et nouvelle version

Cet inventaire passe également par la collecte des fiches de données de sécurité (FDS). Cette fiche est élaborée par le fabricant du produit chimique. Elle précise les dangers du produit pour la santé et l’environnement, les moyens de protection et les mesures à prendre en cas d’urgence.

Sur la base de ces éléments, vous pourrez effectuer votre évaluation des risques en fonction des conditions d’utilisation du produit chimique :

  • modalités d’utilisation du produit : par pulvérisation ou de façon manuelle ;
  • fréquences d’utilisation (régulièrement ou de façon ponctuelle) ;
  • conditions d’utilisation : en extérieur, en intérieur, dans des espaces confinées ou non, etc.

Une fois que cette évaluation est effectuée, vous allez devoir mettre en place des mesures visant à supprimer ou en cas d’impossibilité, réduire le risque.

Risques chimiques : les bonnes pratiques à mettre en place

Une fois l’inventaire des risques chimiques réalisé, vous devez vous poser la question de la possibilité de remplacement de ce produit par un autre produit non dangereux ou moins dangereux.

En cas d’impossibilité de remplacement, vous devez réfléchir à la mise en place d’équipements de protection collective visant à réduire le risque : privilégier des techniques de travail qui émettent le moins possible de poussières, utiliser une aspiration à la source, mettre en place des dispositifs d’isolement, assurer une ventilation du poste de travail, mettre en place un système de renouvellement de l’air, etc.

En cas d’impossibilité ou d’insuffisance des équipements de protection collective, la protection des travailleurs peut passer par l’utilisation d’équipements de protection individuelle : masque avec cartouche adaptée, gants de prévention des risques chimiques ou encore combinaison de travail à usage unique.

La mise en place de ces mesures de prévention doit s’accompagner d’une sensibilisation et d’une formation du personnel. Par ailleurs, selon la nature du risque chimique, l’exposition des salariés doit être tracée et conservée au sein de l’entreprise. Un suivi médical auprès du médecin du travail doit également être prévu, les salariés exposés aux agents cancérogènes, mutagènes et toxiques (CMR) devant faire l’objet d’un suivi individuel renforcé.

La mise en place de ces mesures doit être annexée au document d’évaluation des risques.

Pour vous aider à mettre en place une démarche de prévention du risque chimique, les éditions TISSOT vous conseillent leur documentation « Sécurité des chantiers du BTP – Guide illustré ».

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.