Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Sécurité des chantiers d’énergie solaire

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

De nombreux artisans se sont lancés dans les chantiers liés aux énergies renouvelables. La COP 21 a fourni de nouveaux objectifs et des prévisions de nouveaux moyens, pour le bâtiment durable. Cette rapide synthèse des règles à appliquer sur les chantiers d’énergie solaire vous fournit les informations de base pour vous aider à développer la sécurité au travail.

Nous envisagerons ici les bonnes pratiques pour les projets de construction solaires classiques, que ce soit pour l’eau chaude solaire (ECS) ou l’énergie solaire photovoltaïque (PV).

Les situations de travail

Les situations de travail relèvent aussi bien de contextes habituels (accès au chantier, propreté, déplacement, manutention, etc.) que de situations de travail plus spécifiques incluant :

  • l’utilisation des outils électriques ;
  • le travail avec des échelles ou des échafaudages pour accéder au toit et pour déplacer les équipements ;
  • le travail à l’extérieur dans des conditions très chaudes ou très froides ;
  • le travail avec des panneaux d’eau chaude (risque thermique) ;
  • le travail avec des panneaux solaires photovoltaïques (risque électrique).

Les dangers

Il existe de nombreux dangers sur ce type de chantier, notamment :

  • source sous tension ;
  • source de chaleur à température élevée ;
  • travail en hauteur.

Les risques

Les risques principalement liés à ces dangers sont :

  • l’électrisation ou l’électrocution ;
  • les brûlures ;
  • les chutes de hauteur.

Les moyens de prévention et de protection

Comme pour les autres activités du secteur de la construction, il est nécessaire de développer une politique d’entreprise hygiène et sécurité.

Elle passe notamment par les moyens habituels :

  • la fourniture et le contrôle du port d’équipements de protection individuelle, tels que les casques, les chaussures de sécurité, les gants de protection, les harnais de sécurité, etc. ;
  • la vérification de la formation initiale, de la formation continue et des habilitations du travailleur qui doivent correspondre aux besoins du chantier ;
  • l’élaboration de procédures pour l’utilisation des outils et des matériels. Elles peuvent être basiques mais néanmoins efficaces. Par exemple, le matériel électrique, ainsi que les différents câbles et les rallonges, doivent être inspectés avant l’utilisation pour s’assurer de leur bon état.

D’autres sont plus spécifiques à ce type de chantier :

  • lors des travaux d’été à l’extérieur sur les toits, il est indispensable de développer des pratiques d’hydratation régulière ;
  • il est indispensable d’élaborer des procédures de travail concernant la manipulation des collecteurs (eau chaude solaire) et des panneaux photovoltaïques ;
  • le portage des panneaux jusqu’à leur lieu de fixation se fait prioritairement depuis le sol grâce à des engins mécaniques puis par la manutention (manuelle) en respectant les règles de sécurité. Par exemple, le levage d’un panneau à l’aide d’une corde ne peut se faire que si le travailleur assurant le levage est parfaitement stable et relié à un point d’ancrage fixe tel que déterminé dans les documents de sécurité ;
  • l’état de la couverture sur laquelle reposeront les panneaux fait l’objet d’une visite contradictoire avec le responsable du chantier, ainsi que le responsable du lot couverture si c’est un chantier de construction complet, afin de s’assurer que les structures permettent un travail en sécurité. Une attention particulière doit être portée aux plaques usagées (fibre-ciment ou métal) dans les cas d’installation sur des bâtiments existants ;
  • l’installation des dispositifs nécessaires à la future maintenance en sécurité des installations doit être réalisée ;
  • les procédures et l’utilisation des matériels spécifiques liés aux normes UTE C, CEI et NF correspondantes doivent être respectées.

Concernant les capteurs solaires à eau chaude, il faut entre autre :

  • couvrir les panneaux avec une partie du carton d’emballage ou avec une feuille opaque, jusqu’à leur mise en fonction définitive, afin d’éviter les montées en température ;
  • porter des gants ;
  • renforcer la sécurité lorsque l’installation se fait aux heures de plein soleil.

Concernant les panneaux photovoltaïques, il faut entre autre :

  • couvrir les panneaux avec une partie du carton d’emballage ou avec une feuille opaque, ou les retourner pour le stockage sur un support adéquat, jusqu’à leur mise en fonction définitive, afin d’éviter la production d’électricité ;
  • porter des gants ;
  • avoir conscience qu’un panneau PV peut débiter même lorsque le temps est couvert. Les tensions peuvent être élevées et des arcs électriques peuvent persister même après séparation des contacts sous tension. Le travail en courant continu nécessite la formation et les habilitations adéquates.

En conclusion, on peut insister sur le fait qu’une préparation minutieuse du chantier (accès, conditions de stockage des panneaux, protections individuelles et protections collectives, etc.) est indispensable.

Ce type de chantier fait souvent appel à des compétences qui se trouvent à la croisée de plusieurs spécialités (charpente, couverture, électricité, plomberie). La réflexion en amont permettra de diminuer les risques pour le travailleur.

Votre assureur sera également une source d’informations et de d’échanges pour mieux maîtriser les dangers liés aux chantiers d’énergies renouvelables.

Vous avez des questions concernant la sécurité de vos chantiers ? Les Editions Tissot vous recommandent leur documentation « Sécurité des chantiers du BTP – Guide illustré ».

Jean-Michel Invernizzi

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.