Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Sécurité routière : un enjeu majeur pour le BTP

Publié le par dans Sécurité et santé au travail BTP.

Les accidents de la route sont la première source d’accidents mortels du travail. Pour lutter contre cette « fatalité », les organisations professionnelles du BTP ont signé deux chartes visant à renforcer les actions de prévention en la matière. Un enjeu de taille pour tous les salariés du secteur.

Dans le BTP, un accident mortel du travail sur deux est un accident de la circulation.

Face à ce risque majeur, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) et la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) ont chacune signé une charte de partenariat avec l’État et la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).

Ces chartes visent à renforcer les mesures de prévention du risque routier, à travers des axes bien distincts.

Pour la FNTP, l’accent doit être mis sur la bonne gestion des déplacements liés aux activités de chantier.

Il s’agira d’améliorer l’organisation des chantiers, en veillant à mieux coordonner les déplacements en amont et à éviter les trajets inutiles pendant la réalisation des travaux.

Pour cela, les équipements de sécurité des véhicules seront renforcés, notamment pour les véhicules utilitaires légers et les poids lourds.

Le temps de la conduite accompagnée, pour le jeune et pour l’accompagnateur, est considéré comme du temps de travail effectif et est rémunéré comme tel.
Pour la CAPEB, l’objectif est de permettre à 3.000 apprentis de suivre une formation accompagnée à la conduite (AAC) avec les véhicules à usage professionnel.

Dans le cadre de leur apprentissage, ces jeunes bénéficieront, en plus de la formation théorique « générale », d’une sensibilisation au risque routier en milieu professionnel. Seront notamment abordés :
  • les dangers liés à la consommation d’alcool, de drogues et de médicaments ;
  • le balisage de chantier ;
  • la réglementation des véhicules B et EB ;
  • la réglementation liée aux équipements et au chargement des véhicules.

Concernant la formation pratique, le chef d’entreprise devient l’accompagnateur du jeune et s’engage à lui faire effectuer le kilométrage nécessaire à l’obtention du permis.

Le chef d’entreprise aura également l’opportunité de former le jeune apprenti à la bonne utilisation du véhicule, souvent utilitaire léger, dans un cadre professionnel (arrimage des charges, évitement de surcharge, répartition des charges, gonflage pneus etc.).

En plus du temps consacré à la formation, l’entreprise pourra participer au financement du permis.


A. Ninucci


(Chartes de partenariat État-CAPEB-CNAMTS du 13 janvier 2009 et État-FNTP-CNAMTS du 30 janvier 2009)



Pour avoir plus de précisions et des conseils sur les mesures de prévention à mettre en œuvre dans votre entreprise, les Editions Tissot vous proposent leur ouvrage « Sécurité et situations de chantier du BTP ».


Article publié le 17 mars 2009
Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.