Droit du travail & RH

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Stages d’étudiants sur chantiers : quelles sont les règles du jeu ?

Publié le par dans Rémunération BTP.

Les étudiants que vous accueillez en stage sur vos chantiers doivent percevoir une indemnité mensuelle de 436,05 euros, au-delà de 2 mois de présence continue ou non dans l’entreprise. Il est par ailleurs possible de prendre en charge certains de leurs frais, même si leur statut ne leur permet pas de bénéficier d’indemnités de petit déplacement.

Des stages sous haute surveillance

L’accueil d’étudiants dans votre entreprise, notamment sur ses chantiers, n’est aujourd’hui possible que si le stage effectué s’intègre dans un cursus pédagogique scolaire ou universitaire. En d’autres termes, le stage doit constituer une mise en application pratique des études suivies par le jeune.

C’est pourquoi, vous devez obligatoirement conclure une convention avec l’étudiant et son établissement d’enseignement, qui définira la finalité et les modalités du stage.

Vous ne devez en aucun cas faire appel à un stagiaire, même sous couvert d’une convention de stage, pour remplacer un salarié absent ou licencié, pour exécuter des tâches régulières correspondant à un poste de travail permanent ou encore, pour faire face à un accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise.


Le stagiaire affecté sur un chantier à un poste de travail présentant des risques particuliers pour sa santé ou sa sécurité, doit par ailleurs bénéficier d’un accueil adapté et d’une formation renforcée à la sécurité qui sera assurée par le tuteur désigné pour l’accompagner tout au long du stage.

   
La durée totale de stages effectuée par un jeune dans l’entreprise ne peut excéder 6 mois par année scolaire ou universitaire.

Une gratification mensuelle de 436,05 euros

Tout étudiant effectuant un stage à temps complet dans l’entreprise d’une durée de plus de 2 mois, consécutifs ou non, doit percevoir à partir du 1er jour du 1er mois de stage, une gratification mensuelle minimum de 12,5 % du plafond horaire de la sécurité sociale, soit 23 × 12,5 % x 151,67 h soit 436,05 euros.

En cas de suspension ou de résiliation de la convention de stage, le montant de cette indemnité est calculé au prorata de la durée effective de stage.

   
Pour les stages d’une durée inférieure, vous êtes libre de verser ou non une indemnité.

Si la convention initiale de stage de moins de 2 mois, est prolongée par la suite par avenant, le stagiaire a droit à être rémunéré depuis le 1er jour de stage. Dans ce cas, il vous faudra procéder à une régularisation pour la période de stage déjà effectuée mais non encore payée.

Le montant de l’indemnité de stage bénéficie d’une franchise de cotisations et de contributions sociales dans la limite d’un seuil de 436,05 euros.

Si la gratification mensuelle du stagiaire est au plus égale à cette franchise, aucune cotisation et contribution de sécurité sociale ne sont dues, ni par votre entreprise, ni par le stagiaire.

Dans le cas contraire, seule la part de l’indemnité excédant ce seuil est soumis aux cotisations et contributions patronales et salariales de sécurité sociale, y compris la cotisation AT/MP.

Afin de mieux se repérer dans les exonérations, vous pouvez télécharger notre document de synthèse

La prise en charge éventuelle des frais de repas et de transport

Les stagiaires que vous accueillez n’ont pas le statut de salarié, mais celui d’étudiant. Lorsqu’ils effectuent leur stage en tout ou partie sur des chantiers de l’entreprise, ils ne peuvent donc bénéficier du régime d’indemnisation des petits déplacements. Et ce, même si les circonstances de fait fixées pour le bénéfice des indemnités conventionnelles sont réunies.

Pour autant, les frais de transport engagés par l’étudiant pour couvrir le trajet entre son lieu de résidence et l’entreprise ou ses chantiers, peuvent lui être remboursés sur justificatifs.

Ces frais ne peuvent venir en déduction du montant de la gratification minimale de stage. Cette indemnité est due en effet au stagiaire, sans préjudice du remboursement des frais qu’il peut engager pour sa restauration, son transport et le cas échéant, son hébergement.


L’attribution de titres restaurant, qui n’est en principe possible que pour les salariés de l’entreprise, est également admise pour les stagiaires si votre entreprise ne dispose pas de cantine sur ou à proximité du chantier.

Et n’hésitez pas à vous référer au chapitre « la paie des stagiaires en entreprise » contenu dans l’ouvrage « Rémunération et Paie Bâtiment » pour avoir plus de précisions sur ce sujet.

Florence Labbé

Portail Urssaf

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.