Droit du travail & RH

Va-t-on vers une réduction drastique des déplacements professionnels post-pandémie ?

Publié le par dans Management.

Si le ralentissement de la pandémie et la fin des restrictions liées aux déplacements sonnent le redémarrage des voyages privés, il semblerait que les déplacements professionnels, eux, aient beaucoup moins la cote ! Durant ces 15 mois de crise sanitaire, la visioconférence a marqué des points et, dans un contexte où les entreprises se focalisent sur le retour à un équilibre financier et une réduction de leur empreinte carbone, le poste « déplacements professionnels » pourrait bien connaitre des coupes drastiques…

Pendant que les avions étaient cloués au sol, les outils de visioconférence décollaient !

S’il est un marché qui n’a pas connu la crise, c’est bien celui de la visioconférence… Il a, au contraire, littéralement explosé ! Le bureau d’études marketing Fortune Business Insights estime, qu’au niveau mondial, ce secteur d’activité, qui était évalué à environ 3 milliards de dollars en 2018, devrait atteindre 6,37 milliards de dollars à l’horizon 2026. Il faut dire que les outils de visioconférence sont durablement entrés dans les mœurs à la faveur de la pandémie et du télétravail imposé à des milliards de travailleurs à travers la planète. Microsoft indiquait ainsi que, dès le mois de mars 2020 - alors que le télétravail se répandait comme une trainée de poudre partout dans le monde -, sa plateforme de collaboration Teams passait d’une moyenne de 25 millions d’utilisateurs actifs journaliers à 44 millions. La plateforme Zoom déclarait, quant à elle, avoir enregistré en avril 2020 un record de trafic avec 300 millions de participants par jour. Enfin, App Annie, la plateforme de données sur le marché des applications mobiles, comptabilisait 62 millions de téléchargements entre le 14 et le 21 mars 2020, soit une augmentation de 90 % par rapport à la même période en 2019 ! Et ces chiffres qui datent de 2020 n’ont cessé de croitre au fil des « re-re-confinements », les usagers se montrant de plus en plus séduits par la simplicité d’utilisation de ces outils. D’après un sondage réalisé par l'Usine Digitale les 14 et 15 octobre 2020 auprès de 1004 personnes représentatives de la population française, 77 % d’entre elles pensaient que les vidéoconférences allaient remplacer, même une fois la pandémie terminée, une grande partie des déplacements professionnels.

Améliorer l’empreinte écologique, réduire les couts…

Cette appropriation des différentes technologies permettant aux collaborateurs de remplir une grande partie de leurs missions grâce au digital convient parfaitement aux entreprises... La pandémie a, en effet, démontré qu’un manager pouvait parvenir à réunir ses équipes virtuellement, que les collaborateurs pouvaient se former en e-learning, les commerciaux vendre en visio, et les acheteurs faire leur marché en visitant des salons professionnels en ligne ! Les entreprises qui avaient commencé à repenser la mobilité professionnelle dans le cadre de leur politique RSE ont donc accéléré leur réflexion. Ainsi, une réduction drastique du poste « déplacements professionnels » se profile, que ce soit pour les petits meetings internes ou ceux qui entrainaient les collaborateurs dans différentes zones du globe. La Chaire Pégase, institut dédié à l’économie et au management du transport aérien, qui associe une vingtaine d’enseignants-chercheurs, vient d’ailleurs de publier un rapport intitulé : « Voyages d’affaires et visioconférence : quel avenir pour le transport aérien ? ».

D’après cette étude, une fois les restrictions levées, la baisse du trafic émanant des voyageurs d’affaires devrait être de 42 %... Un bon moyen pour les entreprises d’améliorer leur empreinte carbone, mais aussi d’optimiser un retour à l’équilibre financier… Même si quelques bonnes vieilles habitudes devraient resurgir, un bon repas au restaurant en compagnie d’un client n’ayant certainement ni le même impact ni la même saveur qu’une rencontre par écran interposé !