Droit du travail & RH

Vaccination par la médecine du travail : quel impact pour l’employeur ?
Visuel couronne premium

Publié le par dans Sécurité et santé au travail.

Depuis le 25 février dernier, les services de santé au travail peuvent vacciner, sous certaines conditions, les salariés contre le Covid-19. Un questions-réponses du ministère du Travail apporte des précisions intéressantes sur les conséquences de cette vaccination pour l’employeur vis-à-vis de son service de santé au travail et des salariés (information des salariés, coût éventuel, etc.).

Les médecins du travail, voire les infirmiers, ont la possibilité de vacciner les salariés volontaires des entreprises adhérentes avec le vaccin AstraZeneca. Actuellement la vaccination par les services de santé au travail est réservée aux personnes de 50 à 64 ans inclus, atteintes de comorbidités qui sont volontaires. Son déroulé vous est expliqué plus précisément dans notre article « Vaccination par les services de santé au travail : questions-réponses ».


De votre côté, cette vaccination emporte aussi des conséquences.

Les conséquences de la vaccination dans la relation employeur-service de santé au travail

Le secret médical doit avant tout être respecté. Dès lors, si vous êtes invité à collaborer à la vaccination des salariés en les informant comme expliqué ci-dessous, votre rôle auprès de la médecine du travail est en fait assez réduit car vous ne devez pas savoir qui se fait ou non vacciner. Le médecin du travail n’a ainsi pas le droit de vous informer des salariés vaccinés. Il agit en toute indépendance. Le secret médical couvre non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu’il a vu, entendu ou compris.

Visuel couronne premium
Ce contenu est réservé aux abonnés à l'Actualité Premium

A partir de 9,90€ / mois

Profitez pleinement de l'ensemble de l'actualité des Editions Tissot : tous les articles payants, la base complète des téléchargements et  les archives des newsletters.

Essayer gratuitement pendant 30 jours Je me connecte