Représentation du personnel

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Les consultations obligatoires du CE

Publié le par dans Comité d’entreprise.

La loi Rebsamen a considérablement réduit le nombre de consultations obligatoires du CE.

Avant la loi Rebsamen

Tout au long de l’année, le CE était destinataire de nombreuses informations/consultations. Certaines étaient périodiques (trimestrielles, semestrielles, annuelles) ou ponctuelles (liées à la survenance d’évènements).

Ces informations et consultations variaient selon que l’entreprise comptait plus ou moins de 300 salariés.

En tout, on avait 17 obligations d’information/consultation annuelles du CE :

  • orientations stratégiques de l’entreprise (C. trav., art. L. 2323–7–1) ;
  • politique de recherche et de développement (C. trav., art. L. 2323–12) ;
  • crédit d’impôt compétitivité et emploi (C. trav., art. L. 2323–26–1) ;
  • durée et aménagement du temps de travail (C. trav., art. L. 2323–29) ;
  • heures supplémentaires (C. trav., art. L. 3121–11) ;
  • mise ou remise au travail des salariés handicapés (C. trav., art. L. 2323–30) ;
  • logement (C. trav., art. L. 2323–31) ;
  • orientations de la formation professionnelle (C. trav., art. L. 2323–33) ;
  • plan de formation (C. trav., art. L. 2323–34 et suiv.) ;
  • compte personnel de formation, contrats et périodes de professionnalisation (C. trav., art. L. 2323–37) ;
  • accueil de stagiaires (C. trav., art. L. 2323–38) ;
  • apprentissage (C. trav., art. L. 2323–41 et suiv.) ;
  • situation économique de l’entreprise (C. trav., art. L. 2323–47 et L. 2323–55) ;
  • égalité professionnelle hommes/femmes (C. trav., art. L. 2323–47 et L. 2323–57) ;
  • droit d’expression des salariés (C. trav., art.  L. 2281–12) ;
  • bilan social (entreprises de 300 salariés et plus) ;
  • évolution de l’emploi et des qualifications de l’année passée (entreprises d’au moins 300 salariés) (C. trav., art. L. 2323–56).

La loi Rebsamen du 17 août 2015 a réduit de 17 à 3 le nombre de consultations depuis le 1er janvier 2016.

Après la loi Rebsamen

Dorénavant, le CE est consulté :

  • sur les orientations stratégiques de l’entreprise et leurs conséquences sur l’activité, l’emploi, l’évolution des métiers et des compétences, l’organisation du travail, le recours à la sous-traitance, à l’intérim et aux stages, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, les orientations de l’entreprise en matière de formation professionnelle (C. trav., art.  L. 2323–10) ;
  • sur la situation économique et financière de l’entreprise (C. trav., art.  L. 2323–12) :
    • la politique de recherche et de développement technologique de l’entreprise,
    • l’utilisation du crédit d’impôt pour les dépenses de recherche,
    • l’utilisation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ;
  • sur la politique sociale de l’entreprise, les conditions de travail et l’emploi (C. trav., art.  L. 2323–15). Cette consultation porte notamment sur :
    • l’évolution de l’emploi et les qualifications,
    • la formation, l’apprentissage et les conditions d’accueil en stage,
    • les conditions de travail des salariés,
    • les congés, l’aménagement du temps de travail et la durée du travail,
    • l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,
    • le bilan social (entreprises de 300 salariés et plus uniquement).

Pour mieux comprendre votre rôle consultatif, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Guide pratique des représentants du personnel ».

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.