Représentation du personnel

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Quels sujets le président du CE peut-il inscrire à l’ordre du jour de la réunion mensuelle du mois de mai 2015 ?

Publié le par dans Comité d’entreprise.

Ce mois-ci notre focus portera sur la consultation du CE sur le rapport annuel unique. Cette consultation concerne les entreprises de moins de 300 salariés ou celles de 300 salariés et plus qui ont conclu un accord collectif de branche, d’entreprise ou de groupe qui a prévu la remise d’un tel rapport au lieu de la remise d’un rapport annuel d’ensemble.

D’après le Code du travail, l’employeur doit consulter le CE une fois par an sur le rapport, mais n’impose aucune date précise. Ce rapport doit être reçu par tous les membres du CE au minimum 15 jours avant la réunion et par écrit. Eventuellement modifié, il est tenu à la disposition de l’inspecteur du travail, accompagné de l’avis du CE dans les 15 jours qui suivent.

   
Il est indispensable, plus qu’à un tout autre moment de l’année, de programmer une réunion préparatoire pour lire les informations contenues et lister une série de questions à poser à l’employeur. Reprenez également le rapport qui vous a été remis les 2 ou 3 dernières années afin de comparer les informations contenues cette année avec celles contenues les années précédentes.

Limitez ce mois-ci le nombre de sujets qui seront inscrits par ailleurs. Si l’employeur suggère l’inscription d’autres points à l’ordre du jour ou si le CE souhaite en plus aborder certains sujets urgents, demandez la tenue d’une réunion extraordinaire.

Le rapport annuel unique (C. trav., art. L. 2323–47, R. 2323–8 et R. 2323–9) 

Le rapport annuel unique regroupe des informations à caractère économique, social et financier sur lesquelles le CE doit être consulté.

Ce rapport porte notamment sur l’activité et la situation financière de l’entreprise.

En termes de données chiffrées, l’employeur doit communiquer au CE:

  • le chiffre d’affaires ;
  • les bénéfices ou pertes constatés ;
  • les résultats d’activité en valeur et en volume ;
  • les transferts de capitaux importants entre la société mère et les filiales ;
  • faire le point sur la situation de la sous-traitance.

Il doit aussi :

  • préciser l’affectation des bénéfices réalisés ;
  • traiter des investissements et faire connaître l’évolution de la structure et du montant des salaires ;
  • dresser les perspectives économiques de l’entreprise pour l’année à venir en précisant les mesures envisagées en ce qui concerne l’amélioration, le renouvellement ou la transformation des équipements et méthodes de production et d’exploitation tout en insistant sur l’incidence de ces mesures sur les conditions de travail et d’emploi.

Ce rapport fait aussi un bilan du travail à temps partiel dans l’entreprise et donne des précisions sur l’évolution de l’emploi, des qualifications, de la formation et des salaires.

Les données chiffrées concernent l’évolution des effectifs retracée mois par mois :

  • par sexe ;
  • par qualification ;
  • et par types de contrat de travail.

Des données explicatives doivent accompagner ces chiffres. L’employeur doit en effet indiquer les éléments qui l’ont conduit à faire appel, au titre de la période écoulée et ceux qui pourraient le conduire à faire appel à l’avenir à des CDD, des contrats de mission conclus avec des entreprises de travail temporaire ou des contrats conclus avec une entreprise de portage salarial.

Les prévisions en matière d’emploi doivent être précisées ainsi que les actions de prévention et de formation que le chef d’entreprise envisage de mettre en oeuvre  notamment au bénéfice des salariés âgés, peu qualifiés ou présentant des difficultés sociales particulières.

À cette occasion, l’employeur doit s’expliquer sur les écarts éventuellement constatés entre les prévisions et l’évolution effective de l’emploi, ainsi que sur les conditions d’exécution des actions prévues au titre de l’année écoulée.

Le rapport dresse aussi la situation comparée des conditions générales d’emploi et de formation des femmes et des hommes ainsi que les actions en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés dans l’entreprise.

Le ministère du travail recommande une présentation pédagogique, claire et suffisamment explicite de ce document. N’hésitez pas à demander à l’employeur qu’il mette en valeur ces chiffres au moyen de graphiques ou de tableaux pour une meilleure lisibilité.

Le rapport annuel d’ensemble (C. trav., art. L. 2323–55, R. 2323–11) 

Dans les entreprises de 300 salariés et plus, l’employeur remet au CE un rapport annuel d’ensemble. 

Les informations que l’employeur doit faire figurer par écrit dans le rapport annuel d’ensemble visent :

  • l’activité de l’entreprise ;
  • le chiffre d’affaires ;
  • les bénéfices ou pertes constatés ;
  • les résultats globaux de la production en valeur et en volume ;
  • les transferts de capitaux importants entre la société mère et les filiales ;
  • la situation de la sous-traitance ;
  • l’affectation des bénéfices réalisés et les aides ou avantages financiers notamment les aides à l’emploi ;
  • les investissements ;
  • l’évolution de la structure et du montant des salaires.

Ce rapport retrace en outre l’évolution de la productivité et le taux d’utilisation des capacités de production, quand ces éléments sont mesurables dans l’entreprise.

Le chef d’entreprise soumet, à cette occasion, un état faisant ressortir l’évolution de la rémunération moyenne horaire et mensuelle par sexe, par catégories telles qu’elles sont prévues à la convention de travail applicable et par établissement, ainsi que les rémunérations minimales et maximales horaires et mensuelles, au cours de l’exercice et par rapport à l’exercice précédent.

Ce rapport précise également les perspectives économiques de l’entreprise pour l’année à venir.

Autres propositions de sujets à aborder au cours de cette réunion du mois de mai

Présentation du rapport sur la gestion prévisionnelle des emplois dans les entreprises d’au moins 300 salariés  (C. trav., art. L. 2323–56) : consultation annuelle
Présentation du bilan social sur l’année écoulée et sur les deux années passées (C. trav., art. L. 2323–68) : consultation annuelle

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.