Représentation du personnel

Règlement intérieur du CSE : intérêts et enjeux

Publié le par dans Comité social et économique (CSE).

Le règlement intérieur du comité social et économique (CSE) est obligatoire dans les entreprises ou établissements d’au moins 50 salariés. Ce document a pour objet de fixer les règles de fonctionnement de l’instance, ainsi que les modalités de ses rapports avec les salariés. Au regard de la multiplicité des prérogatives du CSE, son importance est loin d’être négligeable.

Règlement intérieur du CSE : l’élaboration et l’adoption du document

Conformément à l’article L. 2315-24 du Code du travail, le règlement intérieur du comité social et économique doit être un référentiel tant pour les élus que pour l’employeur. Il sert de cadre au fonctionnement du CSE ainsi qu’à l’exercice de ses missions.

Le CSE fusionnant en grande partie les anciennes missions du CE, des DP et du CHSCT, il faudra veiller à intégrer dans le règlement toutes les dispositions nécessaires à l’exercice de ces prérogatives. Il n’est donc pas possible de conserver les anciens règlements intérieurs du comité d’entreprise et du CHSCT, mais ils pourront servir de base de travail.

L’élaboration du règlement intérieur doit, dans l’idéal, résulter d’un travail conjoint réalisé par tous les élus du comité. En effet, il est important que chaque membre élu du CSE puisse s’impliquer et proposer ses idées.

Conseil
En pratique, il est courant que l’adoption du règlement intérieur soit mise à l’ordre du jour de la première réunion du CSE. Pour autant, il vous faut être attentif à ne pas adopter ce document dans la précipitation car cela peut nuire à la pertinence du contenu, et les élus manquent de recul par rapport à leurs besoins dans le cadre de l’exercice de leurs prérogatives. A ce titre, il peut être intéressant de se laisser un temps d’appropriation des missions et du fonctionnement du CSE avant l’adoption du règlement intérieur.

Le règlement intérieur est adopté et modifié à la majorité des présents, et le président du CSE peut participer au vote. Vous pouvez donc, une fois l’adoption réalisée, modifier le document en cours de mandat.

Attention, sauf accord de l'employeur, un règlement intérieur ne peut comporter des clauses lui imposant des obligations ne résultant pas de dispositions légales. Si l’employeur donne son accord pour de telles clauses, cela constitue alors un engagement unilatéral que celui-ci peut dénoncer à l'issue d'un délai raisonnable et après en avoir informé les membres de la délégation du personnel du comité social et économique (Code du travail, art. L. 2315-24 al 2).

Le règlement peut être adopté pour une durée déterminée (par exemple pour la durée des mandats des membres du comité) ou pour une durée indéterminée. Dans ce dernier cas, il continuera de s’appliquer après de nouvelles élections. L’intérêt de cette dernière option est de permettre aux membres élus lors des prochaines élections du CSE de bénéficier d’une base de travail fiable, qui pourra le cas échéant être modifiée en fonction des besoins des nouveaux élus.

En cas de litige, le règlement intérieur peut être contesté devant le tribunal de grande instance.

Règlement intérieur du CSE : le contenu

Le règlement intérieur contient des clauses obligatoires ainsi que des clauses librement définies.

Il est également interdit d’y insérer certaines dispositions.

Conformément aux articles L. 2315-68, L. 2315-69 et L. 2315-44-3 du Code du travail, le règlement intérieur doit obligatoirement contenir :

  • les modalités selon lesquelles les comptes annuels sont arrêtés par le CSE ;
  • les modalités selon lesquelles le CSE établit le rapport présentant des informations qualitatives sur ses activités et sur sa gestion financière ;
  • lorsqu’une commission des marchés est créée, les modalités de fonctionnement de la commission, le nombre de ses membres, les modalités de leur désignation et la durée de leur mandat.

Ces dispositions permettent d’assurer une traçabilité financière globale de l’activité du comité et concourent à garantir une image transparente, notamment vis-à-vis des salariés de l’entreprise.

Notez-le
Dans le cas de la mise en place d’une commission SSCT (obligatoire ou facultative), en l’absence d’un accord d’entreprise majoritaire ou, en l’absence de délégué syndical, d’un accord entre le CSE et l’employeur, il revient au règlement intérieur du comité de fixer les modalités de fonctionnement de la commission.

Le règlement intérieur va également contenir des dispositions librement définies par ses membres.

Il peut notamment s’agir :

  • des modalités d’élection du bureau ;
  • des modalités du déroulement des votes ;
  • du fonctionnement des différentes commissions ;
  • des conditions de négociation et de transmission de l’ordre du jour et des documents joints ;
  • des modalités de communication du procès-verbal de réunion aux salariés ;
  • des moyens mis à disposition par l’employeur ;
  • des règles relatives à la gestion du site Internet du comité ;
  • de la périodicité de versement du budget de fonctionnement et du budget des œuvres sociales ;
  • des modalités de transfert des éventuels reliquats entre les deux budgets.

L’objectif est de définir un cadre de fonctionnement qui puisse permettre la pleine réalisation des missions du comité. C’est pour cela qu’il est important que le contenu du règlement intérieur corresponde réellement à vos besoins et aux méthodes que vous souhaitez mettre en place.

A contrario, il n’est pas possible d’inclure dans le règlement intérieur des dispositions contraires à l’ordre public, même si l’employeur et les élus sont d’accord pour négocier sur ces thématiques.

Il est par exemple impossible de prévoir :

  • une prorogation ou une réduction de la durée du mandat des membres du CSE ;
  • la désignation d’un secrétaire ou d’un trésorier qui ne serait pas membre du CSE ;
  • un arrêté des comptes qui ne serait pas annuel ;
  • un quorum en dessous duquel le CSE ne pourrait pas délibérer.
Attention
Il est vrai que pour le CSE, de nombreuses dispositions sont négociables et donc inclues dans un accord d’entreprise. Cela induit de retrouver dans le règlement intérieur certaines clauses préalablement négociées. Mais cet état de fait n’est aucunement problématique, et permettra au règlement d’apparaitre comme le document cadrant de manière générale le fonctionnement du comité.

Besoin d’aide pour établir votre règlement intérieur ? Les Editions Tissot vous proposent un modèle complet et personnalisable accompagné de ses fiches pratiques.

Commander le modèle de règlement intérieur du CSE