Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Accidents du travail et maladies professionnelles : le bilan 2014

Publié le par dans Equipements de protection (EPI).

L’assurance maladie vient de dresser, pour 2014, le bilan relatif aux accidents du travail (y compris les accidents de trajet) et aux maladies professionnelles et précise sa politique de prévention.

En 2014, plus d’1,1 million de sinistres (accidents du travail, accidents de trajet et maladies professionnelles) ont été reconnus et 750 000 ont entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente.

Cette année marque une étape pour les accidents du travail alors que la diminution est nette (-7 %) pour les accidents de trajet. Concernant les maladies professionnelles, 87 % d’entre elles sont des troubles musculo-squelettiques (TMS) et 7 % concernent l’amiante.

Les accidents du travail marquent un palier

Avec 2 années de diminution, le nombre d’accidents du travail (AT) atteint un palier et reste à un des niveaux les plus bas depuis 70 ans. On note 34 accidents du travail avec arrêt de travail pour 1000 salariés.

Tous secteurs mélangés, les principales causes d’accident du travail sont la manutention manuelle (1/2 des AT) et les chutes, qu’elles soient de plain-pied ou de hauteur (26 % des AT).

621 111 accidents du travail ont entraîné un arrêt de travail ou une incapacité de travail, 530 décès et 3,7 milliards d’euros sont attribués aux entreprises.

Concernant les secteurs d’activité, les services enregistrent une forte augmentation des AT en particulier pour l’aide et les soins à la personne (+6 %). À l’inverse, ils diminuent dans les secteurs du travail temporaire (de 52 en 2010 à 46,4 en 2014) et du BTP (- 3,8 % entre 2013 et 2014). La fréquence des AT est liée à la nature de l’activité et à la taille des entreprises mais on constate aussi des différences selon les régions.

Une forte diminution des accidents de trajet (domicile – travail)

La baisse est nette en 2014 : 3 % pour les journées d’incapacité temporaire et 7 % pour les autres indicateurs (indice de fréquence, décès, etc.).

Deux facteurs importants l’expliquent avec :

  • entre 2002 et 2004, l’impact de la politique de la sécurité routière suivi d’un effet palier jusqu’en 2008 ;
  • depuis 2009, les conditions météorologiques expliquent l’augmentation des accidents de trajet qui se centralisent sur les mois d’hiver.

Comme pour les accidents du travail, il existe des différences selon les régions.

Les maladies professionnelles

Les troubles musculo-squelettiques participent fortement à la progression globale du nombre de maladies professionnelles (MP). Les secteurs les plus concernés sont l’industrie agro-alimentaire, l’industrie automobile et la métallurgie, le BTP, la grande distribution et l’aide et soins à la personne.

Ainsi, 51 631 maladies ont entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente, 2,2 milliards d’euros sont imputés aux entreprises, 87 % des MP sont des troubles musculo-squelettiques, 7 % sont dues à l’amiante et on relève 368 décès.

Pour le cas particulier des  maladies psychiques liées au travail dont l’origine professionnelle a été reconnue, pas de progression (46,5 % sur les 10 dernières années).

Politique de prévention des risques professionnels

En 2014, une nouvelle convention d’objectifs et de gestion a été conclue entre l’Etat et la CNAMTS (caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés). Les programmes privilégiés de prévention retenus d’ici 2017 ont pour objectif :

  • de faire diminuer la sinistralité des TMS ;
  • de réduire le danger de chute dans le BTP ;
  • d’effacer ou de réduire les expositions aux risques cancérigènes.

Sur le plan régional, des plans d’actions régionaux complètent les priorités définies précédemment afin de prendre en considération les particularités socio-économiques locales et les orientations des commissions régionales des AT et MP et des comités techniques régionaux.

De plus, les entreprises seront guidées dans une démarche structurée de prévention des TMS avec le programme TMS Pros présent sur un site Internet dédié. Ce programme vise toutes les entreprises, peu importe leurs tailles et leurs secteurs d’activité. D’autres orientations sont  prévues comme celle de travailler en amont du risque avec les donneurs d’ordre pour faire régresser le risque de chutes de hauteur dans le secteur du BTP et celle d’accompagner les entreprises dans 4 secteurs d’activité (plasturgie et nautisme, pressings, centres de contrôle technique) dans la gestion du risque d’exposition aux agents suivants : styrène, émissions de moteur diesel, fumées de soudage et le perchloroéthylène.

Vous pouvez retrouver tous les chiffres 2014 en téléchargeant le dossier de presse :

Les chiffres de la sinistralité en 2014 et faits marquants dans les secteurs d’activité _ Dossier de presse novembre 2015

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.