Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Activités physiques et sportives en milieu professionnel : publication d’une feuille de route !

Publié le 22/06/2022 à 06:22 dans Sécurité et santé au travail.

Temps de lecture : 4 min

Alors que la quasi-totalité des adultes sont concernés par un manque d’activité physique, le Ministère des sports propose une feuille de route visant à développer les activités physiques et sportives (APS) en milieu professionnel. Elle s’accompagne de différents outils que les employeurs peuvent mobiliser pour faire bouger leurs collaborateurs.

Structurer l’action publique pour mieux accompagner les employeurs

Une étude publiée par l’Anses en février révélait qu’une majeure partie des adultes se trouve exposée à des risques sanitaires en raison d’un niveau d’activité physique insuffisant (voir notre article « Manque d’activité physique et excès de sédentarité : la quasi-totalité des adultes sont concernés »).

Face à ce constat inquiétant, le Ministère chargé des sports a souhaité prendre le taureau par les cornes. L’objectif ? « Développer trois millions de pratiquants [d’une activité sportive] supplémentaires d’ici 2024 ».

Seules 18 % des entreprises proposent actuellement une initiative en faveur de la pratique sportive. Pourtant, paradoxalement, les salariés sont une majorité (83 %) à souhaiter pratiquer une activité physique et sportive dans leur journée de travail. Par ailleurs, les sondages montrent que les salariés comme les employeurs sont majoritairement conscients des bienfaits d’une telle pratique.

En plus d’une amélioration de la qualité de vie au travail (QVT), du bien-être et de la santé des pratiquants, la pratique sportive permet aussi une augmentation de la productivité et de la rentabilité des entreprises, tout comme une réduction des absences et du turn-over. Les APS en milieu professionnel constituent également un facteur d’attractivité pour les entreprises.

Bien que des initiatives se développent, « des freins profonds demeurent » au premier rang desquels des interrogations sur les conditions de pratique, une méconnaissance et une hétérogénéité des attentes des salariés et des employeurs mais aussi un manque de lisibilité de l’offre. Le Ministère note toutefois un fort potentiel de développement chez les petites et moyennes entreprises.

La feuille de route établie présente 10 mesures-phares visant à structurer l’action publique pour mieux accompagner les employeurs. Elles se composent à la fois :

  • d’actions visant à simplifier la démarche pour les employeurs (clarification du cadre légal, création d’une norme AFNOR, création d’outils numériques, etc.) ;
  • d’actions visant à organiser une réponse de proximité ;
  • d’actions transversales pour informer et mesurer (campagne de communication nationale, baromètre national, etc.).

A noter que le déploiement de la feuille de route fera l’objet d’un comité de suivi semestriel visant à s’assurer du déploiement des différentes actions et à apporter des solutions aux difficultés rencontrées lors de leur mise en œuvre.

Une norme volontaire et un guide juridique pour les employeurs

Parmi les principaux outils visant à mettre en œuvre cet ambitieux programme, on note notamment la norme AFNOR-SPEC S52-416, publiée en octobre 2021 et établissant un référentiel commun auquel tout acteur peut se référer de manière volontaire. Elle présente un ensemble de bonnes pratiques et d’orientations pour mettre en place des activités physiques et sportives en milieu professionnel (APS).

Les APS sont définies par la norme comme « l’ensemble des moyens et des actions mis en œuvre par l’employeur qui concourent à la promotion de la pratique volontaire des APS pour les travailleurs à des fins de maintien et d’amélioration de la santé globale dans l’environnement de travail ».

Un guide juridique à destination des employeurs précise par ailleurs le cadre normatif applicable et apporte des réponses concrètes et pédagogiques aux questions les plus fréquentes posées par les employeurs. Les thématiques abordées concernent notamment la compétence d’organisation, l’équipement pour la pratique des APS, les questions de responsabilité ainsi que l’encadrement des APS en milieu professionnel.

Rappelons que l’employeur doit veiller à la santé et la sécurité de ses collaborateurs et mettre en place les actions de prévention nécessaires. Le travail prolongé sur écran n’est pas sans conséquence en matière de santé au travail. C’est pourquoi les Editions Tissot vous proposent des fiches d’animations sur le quart d’heure sécurité sur des sujets tels que « je fais attention à mes yeux », « je prends soin de mon dos ».


Développer les activités physiques et sportives en milieu professionnel, Feuille de route 2021-2024 du Ministère chargé des Sports
Activité Physique et Sportive en milieu professionnel, Norme AFNOR SPEC S52-416, octobre 2021
Cadre normatif applicable en matière d’Activités Physiques et Sportives en milieu professionnel, ministère chargé des Sports

5460

Clara Godin

Juriste, rédactrice en droit de l’environnement et santé-sécurité au travail

Titulaire du Master 2 en droit de l’environnement de l’Université Paris-Saclay, j’ai d’abord exercé en bureau d’études en tant que juriste consultante hygiène-sécurité-environnement (HSE). J’exerce...