Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Amiante : protéger les salariés lors des travaux d’entretien et de maintenance

Publié le par dans Risques professionnels.

L’exposition aux fibres d’amiante lors des opérations de maintenance ou d’entretien de bâtiments, peut provoquer des risques graves pour la santé des salariés qui effectuent ces activités. Ces fibres peuvent être libérées pendant des interventions telles que le perçage dans un enduit plâtre-amiante, le démontage d’une chaudière, la pose ou la dépose des faux plafonds, etc.

Avant de commencer ces interventions, l’employeur doit réaliser une analyse systématique des risques sur le lieu de l’opération. S’il s’agit des travaux dans un bâtiment, le propriétaire de celui-ci doit informer les personnes qui les réaliseront de la présence d’amiante.

Le propriétaire a l’obligation de communiquer le dossier technique amiante (DTA) qui a été établi pour tous les bâtiments. En l’absence de ce document, il doit donner d’autres informations qui sont à sa disposition (documents établis lors de la construction, constat amiante, etc.).

Si pendant le déroulement du chantier, la présence d’amiante est suspectée, il est impératif de faire intervenir un opérateur de repérage amiante accrédité, afin d’effectuer un prélèvement du matériau inconnu pour analyse.

Afin d’éviter au maximum les risques d’exposition aux fibres d’amiante dans l’environnement de travail, l’employeur doit obligatoirement réaliser une évaluation des risques et proposer des mesures de prévention adaptées aux travaux d’entretien et de maintenance à effectuer.

Supprimer le risque

Avant toute opération sur des matériaux susceptibles de contenir de l’amiante, l’employeur devra rechercher des solutions pour réaliser le travail, afin d’éviter l’intervention sur ces matériaux, en contournant le risque d’exposition à l’amiante. Si cela n’est pas techniquement possible, les postes de travail devront être spécialement aménagés, avec de dispositifs de ventilation et de captage de poussières.

Organiser le travail

Organisation du travail : avant le début du chantier, le responsable du bâtiment doit informer tous les occupants habituels du local, de la nature précise des travaux à réaliser ou toute autre mesure prise. L’entreprise qui effectuera les travaux, devra délimiter l’espace de travail, limiter l’accès au chantier et afficher des consignes claires et précises à l’extérieur du chantier.

Prendre des mesures d’isolement de la zone d’émission des poussières

EN32_ST_illustration.jpgSi la zone d’émission de fibres d’amiante est très limitée (quelques décimètres carrés) et, qu’il s’agit de l’intervention sur une canalisation horizontale ou en sous-face d’une structure horizontale, cette zone pourra être enfermée complètement dans une enveloppe étanche de taille correspondante, à l’aide d’un sac à manches fixé sur les supports adjacents.
 
Si la zone est plus étendue, comme par exemple l’intervention sur une gaine technique ou un plafond complet, une enceinte étanche peut être construite sur mesure par des films en matière plastique fixés entre eux et à la structure du bâtiment. Il peut aussi s’agir d’une enceinte standard achetée dans le commerce.
 
Cette enceinte peut être mise en légère dépression par rapport à l’extérieur du chantier afin d’éviter la propagation des fibres et de réduire les niveaux d’empoussièrement à l’intérieur.
 
Quelle que soit la zone d’émission, les salariés qui interviendront devront obligatoirement porter des appareils de protection respiratoire. 

Prévoir des équipements de protection individuelle 

Ces équipements de protection individuelle (EPI) seront choisis après l’analyse des risques réalisée pour chaque intervention et en fonction des niveaux d’exposition et des procédures de travail définies.

La protection respiratoire des salariés pourra se faire en utilisant par exemple un demi-masque filtrant FFP3 ou un masque complet doté d’un système de ventilation assistée avec des filtres TM3P. Des vêtements jetables, étanches aux poussières de type 5, fermés aux chevilles et aux poignets avec une capuche seront proposés, ainsi que des sur bottes pour protéger les chaussures de sécurité. 


La prise en compte du risque amiante est essentielle sur certaines interventions. Pour plus de précisions, les Editions Tissot vous conseillent leur publication « Schémas commentés en santé sécurité au travail » ainsi que leur Formation « Evaluer et prévenir les risques chimiques ».

 
Sources :
C. trav., art. L. 4121–1 à L. 4121–5 (principes généraux de prévention), R. 4412–94 à R. 4412–148 (activités et interventions sur des matériaux susceptibles de libérer des fibres d’amiante)
Décret n° 96–97 modifié (protection population à l’exposition de l’amiante dans les immeubles)
Arrêté du 14 mai 1996 (protection des travailleurs contre les risques liés à l’inhalation de poussières d’amiante)

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.