Santé & sécurité

Animation du quart d’heure sécurité : retour sur expérience

Publié le par dans Risques professionnels.

Un quart d’heure sécurité réussi permet de prévenir les risques dans l’entreprise et de s’assurer du concours des salariés dans la recherche de solutions d’optimisation des modes de fonctionnement en toute sécurité. Aurélie Boumeddane, coordinatrice système de management intégré QSE, nous fait part de son retour d’expérience sur l’organisation de ces causeries sécurité.

Quart d’heure sécurité : objectifs

Qu’il soit nommé « quart d’heure », « minute », « briefing » ou encore « causerie » sécurité, le quart d’heure sécurité s’est déjà imposé dans un grand nombre d’entreprises. Les objectifs sont les suivants :

  • répéter les messages de prévention essentiels ;
  • impliquer les collaborateurs dans une démarche participative et d’amélioration continue ;
  • être à l’écoute et résoudre les problématiques sécurité du terrain.

Ce quart d’heure est encore plus important pendant la période de crise sanitaire actuelle car il permet :

  • d’identifier les risques liés au Covid-19 dans l’entreprise ;
  • de veiller à ce que les collaborateurs assimilent toutes les mesures de prévention prises et adhèrent à ces dernières ;
  • de limiter le plus possible les risques de contagion sur le lieu de travail ou à l’occasion du travail.

Pour optimiser la mise en place de ce moment, les Editions Tissot vous proposent des fiches d’animation quart d’heure sécurité contenant une fiche animation, un mode d’emploi et la méthodologie d’animation du 1/4 d’heure sécurité.

Elles vous invitent également à télécharger leur dernière fiche « Je travaille en situation de pandémie ».

Fiche d'animation 1/4 d'heure sécurité "Je respecte les règles sanitaires de mon entreprise"

Quart d’heure sécurité : retour d’expérience

Dans quel contexte avez-vous participé ou animé des causeries Sécurité ?

J’ai occupé des fonctions HSE ou QSE dans plusieurs entreprises mais j’ai surtout eu l’occasion d’animer des moments sécurité au cours de mes deux plus récentes expériences professionnelles, sur une plateforme chimique classée Seveso et dans une PME spécialisée dans le soudage industriel. L’une et l’autre étaient certifiées en Qualité, Sécurité et Environnement.

Les pratiques sont assez différentes. Sur la plateforme chimique, les 1/4 d’heures sécurité n’étaient pas véritablement institutionnalisés : ils étaient réalisés ponctuellement selon les besoins identifiés lors des visites terrain et n’étaient qu’un outil parmi d’autres dans la démarche de prévention. Dans l’entreprise de soudage où je travaille actuellement, il s’agit d’un rendez-vous quotidien et systématique, en début de poste, et ce depuis plus de 10 ans !

Quel est l’objectif de ces moments santé-sécurité ?

Dans mon expérience précédente, il s’agissait surtout de s’assurer que les opérateurs aient conscience des risques et respectent les règles de sécurité. Dans ma pratique actuelle, l’idée est plutôt d’instaurer une discussion avec les opérateurs pour aborder les principaux risques à leurs postes respectifs et les faire participer, comprendre le pourquoi du non-respect des consignes pour ensuite décider d’actions qui permettent d’adapter le travail à leurs contraintes. La vision est assez différente.

Sur quels thèmes portent ces moments sécurité ? Comment sont-ils planifiés ?

Récemment, nous avons surtout beaucoup parlé des risques liés à la Covid-19. Mais habituellement, les thèmes ciblés sont les principaux risques aux postes de travail (les « top 3 »). Ces moments sont parfois l’occasion de faire un retour aux salariés sur un accident survenu dans l’entreprise. Nous abordons pour l’instant peu la problématique des risques psychosociaux mais c’est un souhait et nous travaillons sur le sujet. Il n’y a pas de programmation officielle, chaque manager d’équipe est libre de choisir le sujet en fonction du contexte, des problématiques remontées par son équipe. Parfois le service QSE intervient sur un thème précis répondant à un enjeu pour l’entreprise.

Qui participe à ces causeries et comment se déroulent-elles concrètement ?

Les causeries se déroulent par équipe, soit environ 10 à 15 personnes et sont principalement animées par le manager d’équipe ou un encadrant de proximité. Elles se tiennent debout, devant un panneau d’affichage qui présente les indicateurs suivis par l’entreprise dont les indicateurs QSE. Les intérimaires sont inclus à ces temps d’échange qui concernent surtout la production et les services techniques, moins systématiquement, il est vrai, les services administratifs.

Comment l’animation de ces causeries et leurs supports sont-ils préparés ?

Il y a finalement peu de préparation car c’est la spontanéité qui est recherchée. Les sujets traités sont souvent immédiats et réactifs. Selon les besoins, des supports sont réalisés par le service QSE qui a l’expertise des sujets santé-sécurité, puis mis à disposition des managers. Ce sont le plus souvent de classiques documents de type WORD. De fait, nous n’avons pas véritablement de trace des thèmes traités par chacun des managers, ces moments restent oraux et assez ouverts. L’absence de traçabilité et d’émargement nous a d’ailleurs été signalée comme une piste d’amélioration à envisager lors de notre dernier audit de certification. Les supports créés sont archivés, cependant nous n’avons pas véritablement constitué de « bibliothèque thématique ».

Les managers sont formés pour animer des réunions mais pas spécifiquement aux causeries santé-sécurité. Pour ma part, même si j’estime que je manque encore un peu de pratique lorsque je dois animer une causerie, j’apprécie ce positionnement qui consiste à faire réfléchir plutôt qu’à seulement rappeler des règles. Je trouve cela bien plus satisfaisant et gratifiant.

Comment jugez-vous la qualité des échanges avec les participants ? Ces moments sont-ils finalement « efficaces », se traduisent-ils par une implication plus forte des salariés ?

Vraiment, je trouve que cela fonctionne… avec un peu de variabilité selon les équipes. Même si la sécurité est encore parfois perçue comme une contrainte et que certains comportements individuels à risques persistent, il me semble que le message passe, que le personnel devient de plus en plus acteur. Chacun sent qu’il peut s’exprimer, donner un conseil, rappeler une règle et une sorte de bienveillance s’installe. Je pense à une situation très récente, pendant la crise Covid-19 : je m’étais équipée avec les EPI requis pour entrer dans l’atelier et, sans doute à cause du sentiment de protection lié au port du masque, j’ai oublié de mettre ma casquette de sécurité. Un collègue de la production me l’a gentiment fait remarquer lorsque je suis arrivée dans l’atelier. Je trouve cela assez révélateur et très positif. Il n’a pas hésité malgré mon « statut de QSE ».

Même si quelques services sont encore « exemptés », la démarche de prévention est de plus en plus intégrée aux métiers et une culture sécurité mature s’est installée me semble-t-il. Il faut cependant poursuivre nos efforts et approfondir certains sujets pour que la prise de conscience soit totale !

Que souhaiteriez-vous justement améliorer ? Quels outils vous seraient utiles ?

Nous avons sans doute des progrès à faire pour varier nos supports de causerie. Nous devons nous renouveler sur ce point pour continuer de « donner envie » : avoir des supports plus ludiques, plus attractifs.

Nous pourrions peut-être les créer en interne mais ce qui nous manque pour cela, c’est surtout… du temps !

Nous souhaiterions également inclure progressivement la thématique environnement à ces causeries et, plus globalement, à notre système de management intégré (SMI).

D’une manière générale, dans toutes nos animations sécurité, qu’elles soient des journées thématiques ou des visites de sécurité, il faut continuer à valoriser les temps d’échanges, s’efforcer de comprendre les freins, créer ensemble, collectivement, notre démarche de prévention.

Quart d’heure sécurité : composez votre kit en fonction de votre rythme de communication

Pour vous accompagner et faciliter la préparation des 1/4 d’heure sécurité, les Éditions Tissot vous proposent une collection de fiches d’animation quart d’heure sécurité ludiques et attractives, sur des thèmes variés (manutention manuelle, port des EPI, perception des risques, chutes, télétravail, venir au travail en vélo, etc.). Ces fiches permettent de mettre en place une véritable réflexion sur les risques auxquels vos collaborateurs sont confrontés et vous permettent d’avoir une trace des thématiques abordées. Elles comportent chacune :

  • des idées pour introduire chaque sujet ;
  • des conseils d’animations pour varier la forme ;
  • une possibilité d’évaluation collective, d’engagement et d’émargement des participants.

Vous pouvez composer vos kits en fonction de votre rythme de communication et des risques encourus dans votre entreprise.

Petit plus : les prix sont dégressifs à partir de 4 kits achetés.

N’attendez plus ! Vous pouvez recevoir immédiatement par e-mail l’ensemble des kits que vous avez achetés.

Commander les kits quarts d’heures sécurité

Nous remercions notre expert Marie Dayot-De Paëpe, Consultante / Préventeur Santé-Sécurité - Environnement – Radioprotection pour avoir réalisé cette interview.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.