Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Du bon usage du défibrillateur cardiaque en entreprise

Publié le par dans Accident du travail.

Aucune disposition n’impose aujourd’hui aux employeurs d’installer un défibrillateur sur les lieux de travail. Néanmoins, l’utilité d’un défibrillateur a déjà été démontrée dans de nombreux cas, notamment lors d’une électrisation, ou d’un effort violent.

Contrairement à ce qui est prévu pour d’autres dispositifs de 1ère intervention, la réglementation n’impose pas le défibrillateur comme moyen de secours en milieu de travail.

L’employeur étant toutefois tenu envers ses salariés à une obligation de sécurité, sa responsabilité civile peut être engagée en cas d’accident.

L’utilisation d’un défibrillateur fait partie de l’organisation des secours. Mais ce n’est pas la seule. Il faut également que les salariés aptes à porter secours aient sur les lieux de travail les produits et matériels nécessaires à la dispense des premiers soins, d’où la nécessité de prévoir  dans l’entreprise, sur les chantiers ou dans les véhicules, des boîtes de secours.



Défibrillateur cardiaque : une décision concertée de mise en place

Editions TissotL’acquisition d’un défibrillateur cardiaque doit être discutée par le CHSCT (ou en son absence, par les délégués du personnel).

Et elle est décidée par l’employeur, après avis du médecin du travail.

C’est en effet ce dernier qui va évaluer son intérêt en fonction des effectifs concernés et également :

  • des risques spécifiques à l’activité, en particulier pour les travaux électriques ;
  • des conditions de travail, notamment de l’obligation pour les salariés de fournir des efforts physiques intenses (manutention lourde, ambiances thermiques inhabituelles, etc.) ;
  • de la concentration sur les lieux de travail de travailleurs présentant un risque statistique non négligeable d’arrêts cardio-respiratoires (salariés de plus de 50 ans, fragiles ou présentant des antécédents cardiaques, etc.) ;
  • de l’éloignement des centres de secours, etc.

Lorsque la décision d’implantation est prise, vous devez prévoir :

  • la procédure d’utilisation des défibrillateurs : leur place dans la chaîne des secours, leur lieu d’installation dans l’entreprise et leur signalement ;
  • la désignation des personnes habilitées à les utiliser.

Le médecin du travail doit quant à lui veiller à la mise en place d’une procédure d’alerte. Il définit, notamment en liaison avec les services de secours d’urgence extérieurs à l’entreprise, les mesures adaptées à la nature des risques.


Défibrillateur cardiaque : le mettre en place

Les défibrillateurs doivent être adaptés aux risques en présence et correspondre aux situations d’urgence rencontrées. Pour être efficace, ils doivent, en effet, pouvoir être mis en œuvre très rapidement.

Lors du choix de leur emplacement vous privilégierez :

  • la proximité avec les lieux où le risque d’accident cardiaque est le plus important :
  • lieux où sont concentrés des effectifs importants, des salariés présentant des risques de santé particuliers,
  • chantiers et ateliers dans lesquels l’activité exige des efforts physiques importants ou, un risque d’électrocution ou de noyade ;
  • la proximité des moyens d’alerte ;
  • les conditions d’ambiance thermique afin de garantir le bon fonctionnement des appareils.

Leur emplacement une fois choisi, doit être signalisé et les salariés informés.


Défibrillateur cardiaque : l’entretenir

Comme tout dispositif technique et de sécurité des lieux de travail, les défibrillateurs doivent être entretenus et vérifiés périodiquement, suivant les préconisations du fournisseur du matériel.

Deux points sont à surveiller en particulier :

  • les batteries dont la durée de vie varie de 1 à 5 ans ;
  • les électrodes sur lesquelles figure une date de péremption (de 2 à 7 ans).

L’entretien peut être effectué en interne ou, confié à une société extérieure. Dans tous les cas, la responsabilité de la maintenance du matériel doit être clairement définie.


Défibrillateur cardiaque : former les utilisateurs

Si votre entreprise fait le choix de s’équiper d’un défibrillateur, elle est tenue pour répondre à son obligation générale de formation, d’inscrire ses salariés à une session de secourisme la plus adaptée à la mise en œuvre de l’appareil choisi* et aux risques spécifiques à l’activité, en particulier pour les travaux électriques.

L’usage d’un défibrillateur ne permet pas en effet à lui seul de réanimer une personne. Son maniement donne lieu à un enchaînement de gestes techniques que doivent connaître les salariés en charge de son utilisation dans l’entreprise.

Le médecin du travail doit assurer le suivi des secouristes qui ont eu à se servir du défibrillateur en situation réelle.

Pour plus d’informations sur les premiers secours, n’hésitez pas à consulter la publication « Schémas commentés en santé sécurité au travail » des Editions Tissot.


* Défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) et défibrillateurs externes semi-automatiques (DSA)
Code de la santé publique, art. R. 6311–14 et R. 6311–15

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.