Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

EHPAD : intégrer la prévention des risques dans la conception, la réhabilitation ou l’extension de l’établissement

Publié le par dans Risques professionnels.

Intégrer la prévention des risques professionnels dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), signifie prendre en compte, à tous les stades du projet, les besoins des salariés, des résidents et des familles en matière de santé, de sécurité et des conditions de travail.

Le maître d’ouvrage doit réaliser une analyse des risques dès la conception du projet d’EHPAD, en tenant compte de l’activité réelle de travail et l’analyse de cette activité afin de proposer des mesures de prévention adaptées au projet à réaliser. Pour cela, il doit constituer une équipe de travail, le plus en amont possible, afin d’intégrer l’ensemble des domaines, à savoir : techniques, humains et organisationnels. Cette équipe définira les objectifs, la démarche à mettre en place et validera des choix, comme par exemple, la conception, la rénovation ou la modification des locaux. Elle est présidée par le maître d’ouvrage ou son représentant et composée des personnes compétentes de chaque domaine concerné : médecin du travailCHSCT, chef de projet, etc.

Parcourons quelques exemples d’intégration de la prévention dès la phase de conception d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

La conception d’une chambre

Estimer le nombre des personnes âgées très dépendantes physiquement, leur localisation au sein de l’EHPAD, la détermination du nombre des chambres à équiper en rails plafonnier, le nombre des moteurs ou autres aides techniques nécessaires, l’estimation du nombre de personnes à former à l’utilisation de ce nouveau matériel, etc.

Les circulations intérieures horizontales 

Privilégier les portes des couloirs avec dispositifs de maintien en position d’ouverture permanente, conformes à la réglementation incendie. Dimensionner les couloirs avec une largeur d’au moins de 2,20 m pour permettre le croisement aisé d’un fauteuil roulant et d’un lit et 1,80 m pour le croisement aisé des fauteuils et/ou de déambulateurs, éviter les plans inclinés, proscrire les sols avec une pente supérieure à 2 %, etc.

Les circulations intérieures verticales 

Prévoir au minimum deux ascenseurs. Réaliser des escaliers avec un nez de marche antidérapante et contrasté, des mains courantes des deux côtés de l’escalier et un contraste visuel et tactile sur palier à 50 cm du nez de la première marche (en haut et en bas de l’escalier), etc.

Le confort thermique et la ventilation 

Editions TissotPrévoir des équipements de chauffage, de rafraîchissement et/ou de climatisation, en fonction du local et de l’activité de travail. Intégrer des dispositifs brise-soleil à l’extérieur des menuiseries exposées au sud afin d’éviter l’éblouissement des personnes et le risque de surchauffe en été. Assurer le renouvellement de l’air, même en l’absence de pollution spécifique, en laissant un passage d’air suffisant sous les portes (lame d’air), assurer le débit minimal d’air selon le type de local, en conformité avec la réglementation, etc.

Les sols 

Prévoir des revêtements antidérapants en fonction des locaux. Dans les parties communes, préférer un revêtement des carreaux à grandes dimensions ou continu afin de réduire le bruit de roulement des chariots, raccorder le revêtement du sol aux murs avec des relevés formant une petite gorge arrondie afin d’améliorer les conditions de nettoyage, etc.

L’éclairage 

Prévoir des aménagements fixes (brise-soleils, stores mobiles extérieurs) afin de protéger les salariés et les résidents contre l’éblouissement. Eviter les surfaces vitrées à l’est et à l’ouest, privilégier la lumière naturelle et permettre la vue vers l’extérieur à hauteur des yeux depuis les postes de travail. Choisir des lampes d’une durée d’utilisation supérieure à 4.000 heures garantissant les valeurs d’éclairement, éclairer les couloirs et les cages d’escaliers, les cabinets de toilettes, les locaux de stockage, etc. afin d’éviter la manipulation inutile des interrupteurs par le personnel et les résidents.

Pour vous aider à agir dans la prévention des risques professionnels, les Editions Tissot vous recommandent « Réglementation en Santé Sécurité au travail ».

Référence : Conception et rénovation des EHPAD, Bonnes pratiques de prévention – ED 6099, février 2012 de l’Institut National de Recherche et de Sécurité.

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.