Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Impact des TNIC sur les agents territoriaux

Publié le par dans Risques professionnels.

Il existe peu d’études approfondies sur les liens entre santé et travail prenant réellement en compte les Technologies Numériques de l’Information et de la Communication (TNIC). D’après l’INSEE de 2005, la tendance obtenue va toutefois dans le sens d’un « impact positif de l’usage des TNIC sur les travailleurs ». Auteurs et chercheurs invitent cependant à prendre avec précaution les résultats de par l’évolution permanente des usages et des diversités des TNIC.

La Mutuelle Nationale Territoriale a souhaité se pencher sur la thématique des TNIC dans un secteur bien souvent délaissé par les expérimentations : la fonction publique territoriale. L’étude a porté sur un échantillon de plus de 1.152 agents au travers d’un questionnaire diffusé par Internet. Les questions portaient sur des thématiques diverses telles que l’intranet, les réseaux, le télétravail, et plus particulièrement les mails et l’utilisation des ordinateurs.

Globalement, il est recommandé de limiter le temps passé sur ordinateur  qui, s’il est supérieur à 90 % du temps de travail total, tend à amoindrir le niveau de satisfaction. Autrement dit, il est recommandé de surveiller la charge de travail liée au travail sur écran et de réfléchir à un accompagnement – voire une formation – des agents confrontés au quotidien à l’outil. Par ailleurs, l’étude précise que les TNIC ne peuvent remplacer les « échanges de visu réguliers ». Aussi, il est fondamental de favoriser la communication avec collègues et hiérarchiques.

Enfin, un élément est soulevé en conclusion. Anodin pour certains, il a pourtant toute son importance. Il ressort que les agents rencontrant davantage de difficultés dans l’utilisation des TNIC au quotidien présentent un profil type : agent d’environ 50 ans, issu de la filière technique, ayant un parcours professionnel supérieur à dix ans dans une filière technique. Ce constat ouvre la porte à une autre problématique : le reclassement professionnel. En effet, la procédure de reclassement concerne dans la majorité des cas (7 cas sur 10), des agents de plus de 50 ans, issus de filière technique et reclassés sur des postes davantage administratifs, afin de répondre aux restrictions médicales physiques, proposant une part importante de temps de travail sur ordinateur… Chronique d’un échec de reclassement professionnel annoncé ?

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.