Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Implanter des défibrillateurs

Publié le par dans Risques professionnels.

Aucune disposition n’impose la présence de défibrillateurs sur les lieux de travail. Leur utilité a néanmoins été démontrée à de nombreuses reprises. Quelles sont vos obligations en ce domaine ? Vos salariés doivent-ils être formés ? Comment mettre en place et entretenir ces appareils ? Réponses aux principales questions qui se posent.

Prendre la décision de s’équiper

Contrairement à ce qui est prévu pour d’autres dispositifs de 1re intervention, rien ne vous oblige à implanter un défibrillateur cardiaque sur votre lieu de travail. En revanche, la réglementation vous impose d’équiper les lieux de travail d’un matériel de 1er secours adapté à la nature des risques et facilement accessible.

Pour en savoir plus sur le contenu de la boîte de secours, téléchargez notre document récapitulatif :

Le contenu de la boîte de secours 
(pdf | 1 p. | 40 Ko)

Etant tenu à une obligation de sécurité envers vos salariés, votre responsabilité risque donc d’être engagée en cas d’accident. S’agissant d’une obligation de résultat, celle-ci sera appréciée au vu des circonstances, notamment au regard des équipements prévus.

Comment décider de s’équiper ?

Editions TissotCette décision doit être prise après avis du CHSCT, ou, en son absence, des délégués du personnel. C’est à votre entreprise de trancher, après consultation du médecin du travail. C’est en effet lui qui va évaluer l’intérêt d’implanter ces appareils en fonction des facteurs de risques :

  • le nombre de personnes présentes ;
  • la concentration de populations présentant un risque important d’arrêts cardio?respiratoires (salariés de plus de 50 ans, fragiles présentant des antécédents cardiaques, etc.) ;
  • les risques spécifiques à l’activité ;
  • les conditions de travail, notamment l’obligation pour les salariés de fournir des efforts physiques intenses ;
  • l’éloignement des centres de secours ;
  • etc.

La présence d’un défibrillateur ne vous libère pas des exigences de sécurité. Même si un défibrillateur est installé, vous restez tenu de prévoir d’autres moyens de secours d’urgence.

Une fois la décision d’implanter ces appareils prise, vous devez fixer :

  • leur procédure d’utilisation : place dans la chaîne des secours, lieu d’installation, signalement, etc. ;
  • les personnes habilitées à les utiliser.

Le médecin du travail doit définir une procédure d’alerte en liaison avec les services de secours d’urgence extérieurs à l’entreprise.

Comment mettre en place et entretenir les équipements ?

Pour être efficace, le défibrillateur doit être mis en œuvre dans un lieu permettant une intervention sur la victime en moins de 3 minutes. Afin de répondre au mieux aux situations d’urgence, il doit donc être placé à proximité :

  • des moyens d’alerte ;
  • des lieux où le risque d’accident cardiaque est le plus important et de ceux où sont concentrés des effectifs importants et/ou des salariés présentant des risques de santé particuliers ;
  • des lieux dans lesquels le travail implique des efforts physiques importants ou, un risque d’électrocution ou de noyade.

L’emplacement choisi doit être signalisé et les salariés informés. 

Afin de garantir son bon fonctionnement, l’appareil doit être placé dans une ambiance thermique respectant une plage de +5°C à +70°C (coffret chauffé ou refroidi en extérieur).

Il doit être entretenu et vérifié périodiquement suivant les indications données par le fournisseur. Sa maintenance doit être assurée selon les prescriptions réglementaires (Code de la santé publique, art. R 5212–25, Code du travail, art. R. 4224–17). Deux points sont à surveiller en particulier :

  • le remplacement périodique des piles et/ou batteries (1 à 5 ans, selon le type) ;
  • le changement des électrodes (date de péremption entre 2 et 7 ans).

Quelle formation pour les utilisateurs ?

Contrairement à une idée reçue, l’usage d’un défibrillateur ne permet pas à lui seul de réanimer une personne, mais complète les gestes de réanimation pratiqués sur la victime. Ainsi, même si les défibrillateurs externes automatisés peuvent être maniés par toute personne, il est préférable que leurs utilisateurs aient reçu une formation adéquate.

Si votre entreprise a fait le choix de s’équiper, il est donc conseillé d’inscrire les salariés habilités à utiliser ces appareils à une session de secourisme la plus adaptée à la mise en œuvre de l’appareil choisi.

Pour en savoir plus sur cette formation et les connaissances à acquérir, les Editions Tissot vous proposent leur ouvrage « Pratique de la santé sécurité au travail ».

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.