Santé & sécurité

L’insidieux danger des allergies professionnelles

Publié le par dans Risques professionnels.

L’Institut national de recherche et de sécurité a récemment mis en lumière son dossier de prévention sur les allergies professionnelles. Souvent méconnues ou sous-déclarées, elles peuvent pourtant conduire à une inaptitude des salariés touchés. Découvrez les principales clés de compréhension et pistes de prévention contre les allergies professionnelles.

Comment surviennent les allergies professionnelles ?

Au contact répété de substances dites sensibilisantes, l’organisme peut développer une forme de réponse immunologique. À chaque nouveau contact, une réaction allergique peut naître. Dès lors, chaque nouvelle exposition, même à de faibles doses, provoque une crise ou aggrave les symptômes.

Les substances les plus concernées sont les métaux tels que le nickel et le chrome, les biocides, les vernis utilisés en prothésie ongulaire, les produits de coiffure, la farine et les produits de nettoyage.

Des personnels de ménage aux boulangers en passant par les coiffeurs, les infirmiers ou les mécaniciens, de nombreux secteurs d’activité sont donc concernés.

Le saviez-vous ?
Entre les protéines du latex, les accélérateurs de vulcanisation et les antioxydants, les gants en latex font partie des principales substances exposant au risque d’allergie professionnelle.

Allergies professionnelles : quels effets sur la santé ?

Les allergies professionnelles sont principalement de deux types :

  • cutané. Les manifestations les plus fréquentes sont la dermatite de contact allergique – ou eczéma – et l’urticaire de contact allergique ;
  • respiratoire. Il s’agit essentiellement d’asthmes ou de rhinites allergiques.

Ces affections touchent des sujets jeunes – en moyenne de 35 ans pour l’eczéma à 40 ans pour l’asthme professionnel – et nécessitent souvent un aménagement de poste, un reclassement ou une réorientation professionnelle des travailleurs concernés.

Un risque méconnu
Les pathologies cutanées sont au 2e rang des pathologies professionnelles les plus fréquentes en Europe.
Au moins 600 000 personnes en France seraient atteintes d’asthme professionnel.
Pourtant, moins de 600 cas par an d’asthme professionnel ou d’eczéma sont déclarés et reconnus en maladies professionnelles.

Comment prévenir les allergies professionnelles ?

La démarche de prévention est identique à celle mise en œuvre contre les risques chimiques ou les risques biologiques.

1. Evaluer les risques
Cette étape nécessite d’étudier tous les produits et matériaux, la fréquence d’exposition, la température, l’hygrométrie et la ventilation. La fiche de données de sécurité ou les fiches toxicologiques sont une importante source d’information.

Notez-le
Un agent biologique signalé par la lettre A ou des étiquettes de substances chimiques mentionnant « peut provoquer des symptômes allergiques ou d’asthme ou des difficultés respiratoires par inhalation » ou « peut provoquer une allergie cutanée » indiquent la présence d’une substance sensibilisante.

2. En priorité, supprimer ou substituer les produits en cause
Par exemple, les détergents peuvent être formulés sans biocide et les gants en latex peuvent être remplacés par des gants médicaux non poudrés en caoutchouc synthétique.

3. Adapter les méthodes de travail
Une réflexion sur l’organisation peut réduire l’exposition : utiliser des gels au lieu de sprays, faire tourner le personnel en charge des shampooings, ou essuyer avec des chiffons imbibés au lieu de pulvériser des désinfectants.

4. Assurer une ventilation efficace des locaux de travail pour réduire leur humidité et nettoyer régulièrement les locaux pour éviter le développement des moisissures

5. Confiner ou capter à la source
Par exemple, en boulangerie, les farines peuvent être chargées directement dans un pétrin muni d’un capot transparent à partir d’un silo.

6. En complément, adopter des protections individuelles et prendre soin de sa peau
Outre des gants adaptés, la protection des mains passe par une attention particulière à l’hygiène pour prévenir l’irritation cutanée.