Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

La ressource humaine au cœur des entreprises

Publié le par dans Risques psychosociaux.

Bien souvent, le terme « ressource humaine » est employé pour parler d’un service qui a pour objectif de suivre les différents collaborateurs afin de garantir le bon fonctionnement et la bonne marche de l’entreprise. Mais est-ce vraiment le sens premier ?

Reprenons la définition de chaque mot suivant le dictionnaire Larousse :

  • la ressource : possibilité d’action de quelqu’un, moyens intellectuels, moyens matériels ;
  • humain : qui possède les caractéristiques spécifiques de l'homme en tant que représentant de son espèce ; qui est composé d'hommes : être humain. L'espèce humaine. Qui est relatif à l’homme.

En associant les deux : ce que l’être humain peut apporter à l’entreprise, les possibilités d’action dont il dispose en termes de moyens matériels, intellectuels, etc.

L’humain au cœur de l’entreprise

Par définition, la ressource humaine est le capital au cœur de l’entreprise. Sans ressources humaines, l’entreprise ne pourrait pas fonctionner. Un employeur est dans l’obligation de fournir du travail et ce travail est accompli par une ressource humaine.

Alors pourquoi ne pas remettre de l’humain au cœur des entreprises ?

Beaucoup d’entreprises mettent en place des moyens matériels afin de développer le bien-être au sein des entreprises. Dernièrement une DRH me racontait que sa structure a mis en place des salles de pauses, des babyfoots, du flexi-travail, et que malgré cela, certains comportements préjudiciables à l’entreprise persistent.

Ma comparaison va être très simple : « un enfant n’a pas besoin sans cesse de nouveaux jeux pour être sage et ne plus faire de bêtises. Il a besoin d’attention, de partage, de l’amour et de la reconnaissance de ses parents pour exister en tant que tel ».

Arrêtons d’apporter dans les entreprises des nouveaux jouets pour se déculpabiliser.

Malgré des conditions de travail évoluées, l’accroissement de pressions psychologiques se fait de plus en plus ressentir, l’exigence de rapidité, de délai, de qualité est continuellement présente, l’obéissance aux ordres et contre-ordres est requise sans tenir compte des remarques des exécutants, les relations avec collègues ou tiers se dégradent au quotidien.

Remettre de l’humain au cœur des entreprises c’est peut-être :

  • de redonner du sens au travail ;
  • de fixer des consignes compréhensibles et bien définies dès le départ ;
  • d’imposer des délais correspondant réellement à la charge de travail ;
  • d’anticiper les différents évènements comme les absences pour congés, les contraintes de dates ou de matériel ;
  • d’être réaliste et exemplaire ;
  • de partager les différentes expériences.

Changer les mentalités

La même DRH s’interrogeait également sur la motivation des salariés et faisait le constat que bien souvent les salariés qui démissionnent demandent à revenir au bout de 2 à 3 ans. Pour conclure « Finalement c’est que notre entreprise doit être bien. Comment peut-on faire pour changer les mentalités ? ».

Les meilleurs ambassadeurs d’une entreprise sont ceux qui ont d’autres filtres de référence.

Bien souvent les salariés d’une structure ne se rendent pas compte que leur entreprise est un endroit où il fait bon vivre. Ils se focalisent sur ce qui ne fonctionne pas et oublient les bons côtés.

Les collaborateurs sont eux aussi responsables du climat social de l’entreprise, notamment lorsqu’ils :

  • ne préviennent pas en cas d’absence ;
  • prennent systématiquement le contrepied de toutes les décisions ;
  • ne sont pas réalistes sur les missions à effectuer ;
  • ne savent pas travailler autrement que dans le conflit ;
  • ne respectent pas les règles de l’entreprise ;
  • ne font pas d’efforts pour s’adaptent aux nouvelles méthodes ou personnes et affirment continuellement que « c’était mieux avant… » ;
  • etc.

Mettre de l’humain dans l’entreprise, c’est aussi prendre conscience des valeurs humaines d’une entreprise et d’arrêter d’en vouloir toujours plus au risque d’être insatisfait en permanence et de gripper le système.

« Nous ne pouvons pas désespérer des hommes, puisque nous sommes nous-mêmes des hommes. » Albert Einstein

 

Postscriptum : Cet article est le dernier d’une longue série que j’ai pu réaliser, j’en profite pour remercier les Editions Tissot de m’avoir donné l’opportunité de les rédiger, vous remercier pour les avoir suivis, parfois repris sur différents réseaux, et remercier mes amis pour leur soutien. Peut-être vous retrouverai-je occasionnellement…Belle vie à vous.