Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Le sens au travail, un levier de qualité de vie au travail

Publié le 11/05/2022 à 05:12 dans Risques professionnels.

Temps de lecture : 4 min

La prochaine semaine pour la qualité de vie au travail se tiendra du 20 au 24 juin. À cette occasion, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) propose de traiter la question du sens au travail. Cela vous déconcerte ? Pourquoi se préoccuper de ce sujet ? Comment pouvez-vous vous saisir de ce thème ? Suivez le guide.

Pourquoi s’intéresser au sens au travail ?

Les entreprises peuvent éprouver des réticences à investir cette thématique multiforme. Pourtant, selon l’ANACT, les salariés expriment de plus en plus des attentes telles que la recherche d'une autonomie accrue, l'envie d'être associé aux décisions ou le besoin de se sentir utile au travail.

En 2021, plusieurs études ont montré que le fait d’exercer un métier qui a du sens était très important pour les étudiants, les jeunes diplômés et les cadres.

Répondre à ces attentes permet donc aux entreprises d’être plus attractives, mais aussi de conserver leurs salariés : d’après une analyse de la DARES publiée en 2021, les salariés qui trouvent le plus de sens à leur travail ont une plus faible mobilité professionnelle.

Par ailleurs, il est établi que l’incapacité de faire du « bon travail » nuit à la santé mentale et la DARES a mis en avant qu’un faible sens du travail est associé à une augmentation de l’absentéisme.

Pour remplir leur obligation de protection de la santé mentale des travailleurs (Code du travail, art. L. 4121-1), les entreprises doivent donc se pencher sur ce sujet.

Comment définir le sens au travail ?

La DARES retient trois dimensions :

  • le sentiment d’utilité sociale, à savoir quand le travailleur perçoit en quoi son travail est utile aux autres ou à la société. C’est l’allégorie du tailleur de pierres qui clame qu’il construit une cathédrale ;
  • la possibilité d’apprendre des choses nouvelles, de « grandir » par son travail, de faire preuve de créativité et d’exprimer ses opinions quant aux décisions qui le concernent ;
  • la cohérence éthique. En effet, lorsque le travail contrevient à ses valeurs, il engendre des conflits éthiques et de la souffrance.

Comment les entreprises peuvent-elles renforcer le sens au travail ?

Certaines entreprises, comme les structures de l’économie sociale et solidaire, sont porteuses d’un sens bien identifié par les salariés. Pour les autres, le fait de communiquer sur leurs valeurs ou de s’engager dans une démarche de responsabilité sociétale des entreprises permet de renforcer cet aspect.

Informer régulièrement les salariés sur la stratégie et la vision de l’entreprise permet également à chacune et chacun de mieux avoir conscience de la finalité de son travail.

Enfin, le sentiment d’utilité peut être renforcé par le feedback direct réalisé par les managers.

La possibilité de débattre du travail, de faire connaître son avis et de ne pas subir des objectifs inatteignables ou des prescriptions qui pourraient passer pour absurdes est un autre vecteur majeur de sens au travail. Qu’il s’agisse des espaces de discussion sur le travail, de management participatif, de réunions directes entre cadres dirigeants et salariés pour échanger sur la stratégie ou de shadow comex, différentes options existent.

Par ailleurs, pour renforcer la cohérence, les entreprises peuvent améliorer l’application en interne de ce qu’elles prônent pour les clients : respecter ses salariés et en prendre soin.

Une dernière piste consiste à lever les entraves au sens au travail :

  • communiquer sur le retour d’expérience des projets avant d’envisager de nouveaux changements ;
  • réguler la charge de travail qui empêche de prendre du recul ;
  • travailler sur les motifs de tensions avec le public pour réduire les insatisfactions et améliorer les procédures.

Notez le

Pour savoir de quoi a besoin un salarié pour trouver du sens au travail, le plus simple est de lui demander. Interrogez en particulier les salariés de retour d’absence ou exprimant des velléités de départ afin d’en comprendre les causes.

Pour aller plus loin sur le sujet du sens au travail, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « RPS et QVT : le pas à pas d’une démarche à succès ».


DARES, document d’études, août 2021, n° 249 (quand le travail perd son sens)

2992

Michaël Bouvard

Chargé de mission qualité de vie au travail

Chargé de mission qualité de vie au travail, j'oeuvre sur différents sujets relevant de ce domaine : prévention et évaluation des risques psychosociaux, prise en compte de la qualité de vie au...