Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Le vieillissement actif au travail : un nouvel accord cadre européen

Publié le par dans Risques professionnels.

Le 8 mars dernier a été signé un accord cadre européen. Cet accord a un double objectif : créer un environnement et une organisation du travail dans de bonnes conditions tout au long de la vie afin de pouvoir travailler jusqu’à l’âge de la retraite en bonne santé, et promouvoir le transfert de connaissances et de compétences entre les générations.

Vieillissement actif au travail et approche intergénérationnelle

Les représentants des employeurs et des salariés européens ont signé cet accord dans le but de faciliter la participation active des travailleurs vieillissants sur le marché du travail jusqu’à l’âge de la retraite et à promouvoir une approche intergénérationnelle.

Dans un contexte multidimensionnel, le transfert de connaissances et d’expériences sur le lieu de travail entre les générations est à faciliter. Le texte définit les outils et mesures nécessaires pour les partenaires sociaux et les responsables de ressources humaines en vue d’un vieillissement  actif, en particulier, en termes de santé et de sécurité au travail. Les mesures seront issues de diagnostics réalisés dans les entreprises concernant la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences  (GPEC), suivis d’évaluations régulières.

Les recommandations de bonnes conditions de travail concernent, entre autres, la distribution et la répartition des tâches entre les travailleurs ainsi que l’ajustement des processus et lieux de travail.

Gérer le vieillissement actif au travail : des mesures efficaces et pratiques à mettre en œuvre

L’accord propose des mesures pratiques pour promouvoir et gérer le vieillissement actif efficacement telles que :

  • la prévention et l’évaluation des risques y compris la formation de tous les travailleurs aux règles de santé-sécurité sur le lieu de travail ;
  • la promotion volontaire de la santé, ainsi que des actions de sensibilisation ;
  • le renforcement des connaissances de la GPEC ;
  • les ajustements pratiques de l’environnement de travail pour prévenir ou réduire les contraintes physiques et mentales excessives à l’égard des travailleurs ;
  • la lutte contre la discrimination par l’âge avec la mise en place d’équipes intergénérationnelles ;
  • la valorisation de la formation tout au long de la vie à tous les travailleurs, d’un point de vue équitable et avec un panel large de formations ;
  • la concertation des mesures entre la direction et les représentants de la santé et de la sécurité, conformément aux exigences législatives existantes.

Pour atteindre ses objectifs généraux, l’accord vise à croiser certaines des mesures en lien avec les problématiques suivantes :

  • le vieillissement actif : définir des conditions de travail permettant aux travailleurs vieillissants de travailler plus longtemps ou de revenir sur le marché du travail en tenant compte de la pénibilité de certains métiers ;
  • la gestion du remplacement des travailleurs vieillissants : la gestion des conséquences de taux élevés de départ à la retraite en privilégiant l’embauche de jeunes salariés afin d’accéder au marché du travail ;
  • le tutorat : la gestion des ressources humaines pour le nouveau personnel dans les entreprises en termes d’insertion, d’information et d’intégration ;
  • les transferts de compétences : le développement de la formation et de l’apprentissage tout au long de la vie afin d’assurer le transfert de compétences entre travailleurs vieillissants et de jeunes salariés. Contexte favorable à l’amélioration de la capacité des travailleurs intergénérationnels, à mieux anticiper et à s’adapter aux changements dans l’organisation du travail ;
  • le principe d’égalité et de non-discrimination entre hommes et femmes.
   
L’accord débutera dans les 3 ans suivant sa signature, avec une disposition visant à mettre en œuvre des plans de développement de qualifications et compétences individuelles.

En finalité, l’accord définit des modalités garantissant l’implication des syndicats et des représentants des travailleurs dans la mise en œuvre des différentes étapes des diverses mesures telles qu’identifiées. Il n’a pas de valeur contraignante mais est une base de bonnes pratiques de politiques de ressources humaines.

Claudine Yessayan
Evaluatrice des Organisations de l’Economie Sociale Externe Niveau Expert Certifiée Afnor

Accord-cadre européen autonome « Vieillissement actif au travail et approche intergénérationnelle » du 8 mars 2017

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.