Santé & sécurité

Article ancien - Il se peut que les informations et les liens ne soient plus à jour

Les salariés exposés aux facteurs de pénibilité dans le travail

Publié le par dans Risques professionnels.

Les facteurs de pénibilité couvrent les expositions à des contraintes physiques marquées, à un environnement physique agressif et à certains rythmes de travail. Selon l’enquête Summer de 2010, les ouvriers sont les premiers touchés et certains secteurs d’activité, comme la construction, comptabilisent le plus de salariés exposés.

Les différentes catégories de facteurs de pénibilité

La première catégorie de facteurs de pénibilité, les contraintes physiques marquées, concerne 43 % des ouvriers. Ce sont ceux les moins qualifiés qui sont les plus exposés à la manutention manuelle de charges ou à des postures pénibles. 35 % d’entre eux sont visés par un de ces 2 facteurs et 10 % les cumulent. Les ouvriers qualifiés sont plus souvent exposés à des vibrations mécaniques.

Relativement à l’environnement agressif, ce sont encore les ouvriers qui arrivent en premier (48 %), ils sont exposés aux produits chimiques (31 %), au travail en températures extrêmes et au bruit nocif (31 %). Pour les rythmes de travail contraints, plus de 34 % des ouvriers non qualifiés sont visés. Ils doivent effectuer plus souvent des gestes appelés à se répéter plus de 10 heures par semaine et ont des rythmes de travail strictement vérifiés.

Les secteurs d’activité les plus soumis à la pénibilité

Certains secteurs d’activité sont particulièrement exposés aux facteurs de pénibilité comme la construction et l’industrie manufacturière mais aussi les activités tertiaires : santé, commerce, réparation automobile et motocycles notamment, qui comptent 40 % des salariés exposés.

Les facteurs de pénibilité sont plus ou moins présents selon les secteurs d’activité. Ainsi, certains d’entre eux concernent plus particulièrement des secteurs particuliers comme dans la construction avec le bruit nocif (33 %). À noter que ces facteurs sont moins présents dans les très grands établissements (plus de 500 salariés). En effet, le maximum est atteint dans les établissements de 50 à 499 salariés (44 %).

Des catégories sont plus touchées comme les travailleurs intérimaires, les apprentis et stagiaires qui comptabilisent 62 % et 53 %. L’explication est due à leur âge et leur catégorie professionnelle et non à leur statut. Il en est de même pour les hommes (46 %) par rapport aux femmes (31 %). La raison est la nature de l’exercice des tâches. En effet, celles de production, d’installation, de manutention représentent 80 % ou de nettoyage, gardiennage, entretien-ménager qui compte 10 % de salariés exposés représentant 70 % de femmes.

Au 1er janvier 2015, le compte pénibilité entre en vigueur. Pour connaitre les différents seuils d’exposition afin de déterminer si les salariés concernés par le compte personnel de prévention de la pénibilité, téléchargez notre dossier sur le compte personnel de prévention de la pénibilité.

Et pour maîtriser les nouvelles obligations des entreprises (fiche d’expositions, facteurs de risques professionnels et seuils d’expositions, le compte personnel de prévention de la pénibilité), les Editions Tissot vous conseillent leur « formation pénibilité au travail : évaluer et mettre en place un plan de prévention ».

DARES Analyses, décembre 2014, n° 95 (l’exposition des salariés aux facteurs de pénibilité dans le travail)

Newsletter

Recevez notre sélection d’articles par e-mail.