Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Les salariés ont davantage quitté leur entreprise en 2022 qu’avant la crise sanitaire

Publié le 06/09/2023 à 07:38 dans Sécurité et santé au travail.

Temps de lecture : 3 min

Une étude de la DARES révèle une mobilité accrue des salariés en 2022 par rapport à 2018, c’est-à-dire avant la crise sanitaire. Cette hausse touche notamment les jeunes ainsi que les salariés en CDI.

Hausse de la mobilité en 2022 : les jeunes et les salariés en CDI principalement concernés

En se fondant sur la déclaration sociale nominative (DSN) transmise annuellement par les entreprises, la DARES analyse chaque année les tendances de la mobilité dans le monde du travail dans le cadre d’une étude Emploi. La dernière étude en date, publiée en juin 2023, montre que les salariés du privé ont été plus nombreux à quitter leur entreprise en 2022 qu’avant la crise sanitaire (2018).

Si la majorité des secteurs d’activité sont concernés, les secteurs de l’agroalimentaire et des services privés non marchands (santé et action sociale, hébergement-restauration) sont confrontés à la plus grosse mobilité. Au contraire, aucune augmentation n’est observée pour les salariés des services financiers.

Ce regain de mobilité en 2022 concerne notamment les jeunes de 15-24 ans et les salariés initialement en CDI. Alors qu’elles avaient connu une forte baisse pendant la crise sanitaire, les fins de CDI ont en effet rebondi jusqu’à atteindre en 2022 leur plus haut niveau depuis 2007. La DARES observe que les démissions concernent plutôt les jeunes alors que les licenciés sont en moyenne plus âgés.

L’amélioration des conditions de travail et l’augmentation des revenus comme principales motivations

Par rapport à 2018, la mobilité a augmenté en 2022 dans toutes les catégories sociodémographiques des salariés. Elle est un peu plus forte chez les hommes que chez les femmes. Alors que les premiers souhaitent davantage devenir indépendants, les secondes souhaitent plutôt changer d’entreprise tout en restant salariées du privé.

L’enquête révèle que la hausse de mobilité résulte surtout de départs vers d’autres entreprises privées mais le plus souvent dans un autre secteur d’activité. Ainsi, 6,6 % des salariés du secteur privé présents en septembre 2021 étaient un an plus tard encore salariés dans le privé mais dans une entreprise et un secteur d’activité différents.

Selon la DARES, cette hausse de la mobilité en 2022 s’explique notamment par la reprise importante de l’emploi post-Covid qui a entraîné des difficultés de recrutement importantes pour les entreprises. La situation du marché du travail crée ainsi des opportunités pour les salariés en poste qui peuvent accomplir plus facilement leur désir de mobilité.

L’amélioration des conditions de travail (25 %) et l’augmentation des revenus (25 %) figurent parmi les principales motivations des changements de postes. Elles sont suivies du souhait de changer de métier, de secteur ou d’employeur (14 %) puis d’exercer un emploi plus intéressant (12 %). La DARES note que cette forte mobilité résulte ainsi majoritairement de motivations et de démarches volontaires et non d’aléas subis par les salariés.

Montrer que l’on se soucie des facteurs de santé et du bien-être est un premier pas vers la remotivation des salariés, dont le quotidien a pour bon nombre été bouleversé par de nouvelles organisations de travail. A cette fin les Editions Tissot vous proposent les « Fascicules Bien vivre son travail : Préserver sa santé psychologique ».


DARES, 29 juin 2023, Davantage de salariés ont changé d'entreprise en 2022 qu'avant la crise sanitaire

5460

Clara Godin

Juriste, rédactrice en droit de l’environnement et santé-sécurité au travail

Titulaire du Master 2 en droit de l’environnement de l’Université Paris-Saclay, j’ai d’abord exercé en bureau d’études en tant que juriste consultante hygiène-sécurité-environnement (HSE). J’exerce …