Quel type de contenu souhaitez-vous chercher ?

Pratiques addictives : un problème qui touche de nombreuses entreprises

Publié le 13/04/2022 à 05:00 dans Risques professionnels.

Temps de lecture : 3 min

Afin de faire l’état des lieux des pratiques des professionnels de santé et de l’état des pratiques addictives en entreprise, l’Institut national de recherche en sécurité a réalisé fin 2021 une enquête sur le sujet. Découvrez les principaux constats, les actions des services de santé au travail et les pistes de prévention que vous pouvez envisager.

Des pratiques addictives répandues

Les consommations de substances psychoactives, qu’elles soient occasionnelles ou répétées, peuvent être à l’origine :

  • de problèmes de santé tels que les troubles anxiodépressifs, les maladies cardio-vasculaires ou le décès par surdose ;
  • de risques d’accident du travail ou de trajet.

Pourtant, cette consommation concerne de nombreux salariés.

Ainsi :

  • pour 64 % des répondants, la consommation d’alcool et de cannabis est répandue au travail ;
  • 89,6 % des médecins du travail ont été sollicités par un chef d’entreprise au cours des 12 mois précédant l’enquête ;
  • les médecins du travail évaluent à 8,6 % les salariés en difficulté avec l’alcool et à 7 % les salariés en difficulté avec le cannabis.

Outre l’alcool et le cannabis, les substances psychoactives qui posent le plus de problème chez les travailleurs sont le tabac, puis les médicaments psychotropes.

Services de santé au travail : de l’appui à la prévention

Les médecins et infirmiers du travail apportent leur aide aux salariés qui font usage de ces produits.

Cette aide se traduit par :

  • des conseils apportés à ces salariés ;
  • l’association du médecin généraliste dans la prise en charge ;
  • le travail en réseau, notamment avec les CSAPA et les consultations hospitalières d’addictologie.

La sensibilisation est une autre modalité d’action répandue. 67 % des professionnels déclarent avoir participé à une ou plusieurs actions collectives en milieu de travail au cours de l’année précédant l’enquête, notamment sur l’alcool ou le cannabis.

Dans la mesure où ils sont 73,2 % à rechercher l’existence d’un lien entre le travail et la consommation de substances psychoactives, les professionnels peuvent également former les salariés ou l’encadrement, intervenir auprès du CSE ou participer à un groupe de travail constitué par l’entreprise.

Notez le

Il est du rôle des services de prévention et de santé au travail de conseiller les entreprises sur les dispositions et mesures nécessaires afin de prévenir la consommation d'alcool et de drogue sur le lieu de travail (Code du travail, art. L. 4622-2).

Pratiques addictives : que peut faire l’entreprise ?

Les professionnels interrogés sont 97 % à penser que les pratiques addictives ne sont pas un sujet de vie privée sur lequel l’employeur ne peut rien faire.

De nombreux leviers existent :

  • l’encadrement de la consommation d’alcool dans l’entreprise ;
  • en particulier, la possibilité de prévoir des tests de dépistage pour les postes dits de sécurité (utilisation d’engins de manutention, conduite de poids lourds, etc.) ;
  • l’inscription du risque « Pratiques addictives » dans le document unique ;
  • l’information des salariés sur les risques ;
  • la mise en place de mesures de prévention vis-à-vis des principaux facteurs de risque connus, notamment les risques psychosociaux, les horaires atypiques, le travail isolé ou le télétravail.

Le saviez-vous ?

Les pots en entreprise et séminaires constituent un facteur de risque. En diversifiant l’offre de boissons, en proposant à manger à côté de l’alcool ou en organisant des pots sans alcool, vous renforcez la prévention.

Les entreprises peuvent également prévoir :

  • une procédure pour la gestion des situations à risque élevé (alcoolisation lors d’un pot d’entreprise, salarié dans l’incapacité de prendre le volant, etc.) ;
  • des entretiens de soutien et d’accompagnement avec les salariés en difficulté.

Important

Pour une démarche de prévention collective, vous pouvez créer un groupe pluridisciplinaire associant des représentants du personnel, des salariés, des membres de l’encadrement et le service de prévention et de santé au travail.

Pour vous aider à prévenir les conduites addictives, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « RPS et QVT : le pas à pas d’une démarche à succès ».

2992

Michaël Bouvard

Chargé de mission qualité de vie au travail

Chargé de mission qualité de vie au travail, j'oeuvre sur différents sujets relevant de ce domaine : prévention et évaluation des risques psychosociaux, prise en compte de la qualité de vie au...